Wellens, l'autre atout belge

Tim WELLENS ( BEL / Lotto-Soudal ) gewinnt seinen zweiten Tagesabschnitt bei der Mallorca Challenge 2017 - Podium - Siegerehrung - Ehrung - Auszeichnung - Zeremonie - Zelebrierung - Ceremony - Jubel - Freude - Emotionen - Mimik - Gestik - Aktion - Rennszene - Querformat - quer - horizontal - Event/Veranstaltung: 26. Playa de Palma - Challenge Ciclista a Mallorca 2017 - Trofeo Andratx - Mirador des Colomer - Pollenca 160.3 km - Location/Ort: Spain/Spanien - Europe/Europa - Date/Datum: 28.01.2017 Tim Wellens BEL Lotto Soudal wins his second Day period at the Mallorca Challenge 2017 Podium Award Ceremony Ceremony Award Ceremony Celebration Ceremony cheering happiness Emotions Facial expressions Gesture Action shot Racing scene Landscape horizontal horizontally Event Event 26 Playa de Palma Challenge Ciclista A Mallorca 2017 Trofeo Andratx Mirador the Colomer Pollenca 160 3 km Location Place Spain Spain Europe Europe Date date 28 01 2017
Tim WELLENS ( BEL / Lotto-Soudal ) gewinnt seinen zweiten Tagesabschnitt bei der Mallorca Challenge 2017 - Podium - Siegerehrung - Ehrung - Auszeichnung - Zeremonie - Zelebrierung - Ceremony - Jubel - Freude - Emotionen - Mimik - Gestik - Aktion - Rennszene - Querformat - quer - horizontal - Event/Veranstaltung: 26. Playa de Palma - Challenge Ciclista a Mallorca 2017 - Trofeo Andratx - Mirador des Colomer - Pollenca 160.3 km - Location/Ort: Spain/Spanien - Europe/Europa - Date/Datum: 28.01.2017 Tim Wellens BEL Lotto Soudal wins his second Day period at the Mallorca Challenge 2017 Podium Award Ceremony Ceremony Award Ceremony Celebration Ceremony cheering happiness Emotions Facial expressions Gesture Action shot Racing scene Landscape horizontal horizontally Event Event 26 Playa de Palma Challenge Ciclista A Mallorca 2017 Trofeo Andratx Mirador the Colomer Pollenca 160 3 km Location Place Spain Spain Europe Europe Date date 28 01 2017 ©BELGAIMAGE
Thomas Lecloux

Le Trudonnaire, comme Van Avermaet, a fait des Strade Bianche un objectif.

Samedi, une des courses les plus passionnantes et les plus spectaculaires de l’année va avoir lieu à l’occasion des Strade Bianche. Littéralement, cela signifie "les routes blanches" en italien. Cette épreuve se déroule en Toscane, autour de Sienne, et a la particularité d’emprunter des chemins de terre en gravier, extrêmement difficile à manœuvrer surtout en temps de pluie.

Gilbert, Cancellara, Stybar ou encore Kwiatkowski ont tous inscrit leurs noms au palmarès des Strade Bianche, c’est dire le prestige que cette course a pris au cours des dernières années.

Première course World Tour pour Wellens

En toute logique, pourrait-on dire, ce rendez-vous a reçu le fameux cachet World Tour pour l’année 2017 tant son plateau est relevé depuis plusieurs saisons. Jugez plutôt : Nibali, Sagan, Aru, Van Avermaet, Benoot, Kwiatkowski, Stybar, Dumoulin ou encore Boasson Hagen ont encore fait le déplacement dans le nord de l’Italie.

Parmi nos compatriotes, nous serons particulièrement attentifs à la performance de Tim Wellens. Le Belge est en forme et a déjà signé 3 succès depuis le début de l’année. Il a d’ailleurs modifié son programme pour venir rouler sur l’épreuve transalpine "Je vais participer à ma première course World Tour de la saison, je suis extrêmement motivé", nous a avoué le double vainqueur de l’Eneco Tour en prélude de la classique italienne. "Je n’ai encore jamais participé à cette course mais je pense qu’elle doit me convenir. Tout le monde dit que c’est une épreuve fantastique, c’est pour cela que j’ai choisi de venir ici."

Wellens et les Lotto-Soudal ont été reconnaître les 50 derniers kilomètres de la course ce vendredi afin de retrouver ses sensations sur les Strade Bianche. A noter que déjà chez les jeunes, Wellens avait eu l’occasion de se tester sur les routes en gravier lors du Tour de Toscane. "J’avais ressenti à l’époque d’excellentes sensations sur les Strade Bianche", glisse le Limbourgeois. "C’est différent que de rouler sur les pavés. Dans les tournants, il faut être prudent et ralentir. Je me méfie beaucoup d’un garçon comme Geg Van Avermaet sur ce type de parcours qui est trop difficile pour un sprinter. Plusieurs côtes sont très pentues et le final dans les rues de Sienne est ardu."