Philippe Gilbert : "Profiter de notre collectif"

S’il se sait en excellente condition, le champion de Belgique refuse de camper le seul atout de la formation Quick Step Floors.

Gilbert
©Belga
Q. F.

S’il se sait en excellente condition, le champion de Belgique refuse de camper le seul atout de la formation Quick Step Floors.

Il ne s’en contentera assurément pas mais Philippe Gilbert semble avoir déjà réussi une partie du pari qu’il s’était lancé avant même de prendre le départ de son neuvième Tour des Flandres. En sollicitant directement Patrick Lefevere l’été dernier pour lui proposer ses services, le champion de Belgique voulait se donner les moyens d’une unique ambition : continuer à remporter de grandes classiques.

Deuxième d’A Travers La Flandre et du Grand Prix de l’E3 et vainqueur du classement final des Trois Jours de la Panne, le Wallon campera ce dimanche matin l’un des trois grands favoris du Tour des Flandres. Bien dans sa peau, il peut à nouveau laisser libre cours à son tempérament offensif sur des épreuves flandriennes qui semblent taillées à sa mesure.

"Dès les catégories de jeunes, j’ai toujours aimé courir ici, sourit ainsi le Liégeois. Si je ne me suis plus aligné sur le Ronde depuis 2012, c’est en raison des choix posés par ma précédente équipe (BMC), mais c’est du passé et je n’ai pas envie de polémiquer sur le sujet. J’avais en tout cas très envie d’y revenir et ma participation faisait d’ailleurs partie du deal que j’ai conclu avec Patrick Lefevre. Je savais depuis de longs mois que j’allais participer à cette campagne et ai travaillé dur à l’entraînement dans cette perspective. Mon niveau de forme me satisfait vraiment. J’ai rarement été aussi bien à cette période de l’année, mais cela n’offre aucune garantie sur ce genre de parcours. Une crevaison, un ennui mécanique ou encore une faute de placement dans un endroit stratégique et tout peut s’écrouler en un instant…"

Plutôt que de tirer la couverture à lui, celui qui est déjà monté à deux reprises sur la troisième marche du podium vante la puissance collective de la sélection Quick Step Floors.

"C’est ce qui fait notre force et notre singularité et il nous faudra une nouvelle fois exploiter au mieux cet atout. Cette course constitue pour moi un rêve mais il ne serait pas judicieux de tout miser sur un seul coureur. Sagan a démontré à Gand-Wevelem qu’il n’avait pas peur de perdre. Van Avermaet sera, lui, peut être plus nerveux car il n’a pas encore gagné de grande classique."