Gilbert : "Ce serait beau d’aider Tom à gagner Roubaix"

La participation du Liégeois à l’ enfer du Nord n’était pas actée hier soir.

Gilbert
©Belga
Q. F.

La participation du Liégeois à l’enfer du Nord n’était pas actée hier soir.

Le profond respect qui unit les deux plus grands champions belges de leur génération n’a rien de factice.

Lorsque Tom Boonen a rejoint Philippe Gilbert sous la tente protocolaire qui borde la ligne d’arrivée, l’étreinte des deux anciens champions du monde avait la même force que la symbolique de cet instantané.

"Le courant est toujours particulièrement bien passé entre nous", souriait d’ailleurs le Liégeois. "C’est évidemment spécial d’avoir gagné le Tour des Flandres lors de la dernière participation de Tom."

Leader charismatique d’une équipe Quick Step Floors dont il a toujours constitué l’un des symboles, l’Anversois avait lancé en prélude à ce Ronde que Gilbert serait le seul leader des tuniques bleues et qu’il n’hésiterait pas à se mettre à la planche pour le champion de Belgique si les circonstances de course s’y prêtaient.

Une annonce visionnaire. Comme la possibilité qu’avait laissé entrevoir Tom Boonen de voir les deux hommes de nouveau réunis, dans une semaine, sur Paris-Roubaix ?

"Ce serait beau d’être aux côtés de Tom Boonen et de l’aider à gagner sa dernière course, lançait l’Ardennais. Si j’y vais, c’est avant tout pour lui apporter mon soutien. Je suis tellement heureux de mon succès que je peine à me projeter et je ne sais pas trop ce que je dois en penser… Nous avions prévu de discuter de cela ce dimanche soir, mais nous verrons dans quelle direction l’équipe me porte."