L'UCI marche dangereusement dans les pas de la FIFA

L'exclusion de Michael Schär pour un jet de bidon au Tour des Flandres en a surpris plus d'un. Un commentaire de Nicolas Christiaens.

L'UCI marche dangereusement dans les pas de la FIFA
©D.R.
Il restait un peu plus de cent kilomètres à courir lors du Tour des Flandres lorsque l'équipier suisse de Greg Van Avermaet, Michael Schär, a été prié de quitter la course par un commissaire. La raison ? Un jet de bidon vers le public dans une zone non autorisée. Les commissaires de course ont ainsi appliqué à la lettre l'une des nouvelles règles entrées en vigueur le 1er avril: celle qui sanctionne les jets de déchets en dehors des zones prévues à cet effet d'une disqualification (en plus d'une amende et de retrait de points UCI) dans les courses d'un jour.

Mais comment peut-on considérer un simple bidon (jeté sans danger) comme un déchet ? Si la volonté de l'UCI de préserver l'environnement est louable et si la création de zones "vertes" est une vraie bonne idée, pourquoi priver les spectateurs de ces si précieux souvenirs ? Quel fan de la petite reine ne s'est jamais rendu sur une course, quelle que soit son importance, avec l'espoir de récupérer le bidon d'un coureur ?

Au delà de cette nouvelle règle, c'est son application...

Cet article est réservé aux abonnés

Profitez de notre offre du moment et accédez à tous nos articles en illimité

Sur le même sujet