Remco Evenepoel ne s'est pas rassuré avant Tokyo: “Oui, c’est un coup dur pour les Jeux”

Remco Evenepoel, devancé par Yves Lampaert, ne nie pas que cette deuxième place fait mal à cinq semaines du contre-la-montre olympique.

David Lehaire
Ainsi donc, Remco est venu, il a vu mais il n’a pas vaincu. La mine renfrognée qu’il cachait derrière son masque pendant que tout Ingelmunster chantait à la gloire d’Yves Lampaert, le héros local très ému sur la plus haute marche...

Cet article est réservé aux abonnés

Profitez de notre offre du moment et accédez à tous nos articles en illimité