Wout van Aert veut remettre les pendules à l’heure sur le chrono

Pas encore au mieux lors du premier contre-la-montre, le Belge sera l’un des grands favoris du chrono de Saint-Émilion.

placeholder
© BELGA

Ce samedi, le deuxième et dernier contre-la-montre du Tour ne provoquera pas un bouleversement de situation comme celui que nous avions connu l’an dernier dans les Vosges. Avec respectivement 5:45 et 5:51 d’avantage sur Jonas Vingegaard et Richard Carapaz, Tadej Pogacar peut dormir sur ses deux oreilles, le Slovène ne perdra pas son maillot jaune ce samedi au cours du chrono tracé dans les vignobles du bordelais.

De Libourne à Saint-Émilion, sur 30,8 kilomètres, c’est un parcours athlétique qu’a concocté Thierry Gouvenou. Vainqueur en Mayenne, en début de Grande Boucle, le maillot jaune sera à nouveau favori et il peut emporter une quatrième victoire d’étape.

"Je ne sais pas ce que je dois attendre de ce contre-la-montre, a commenté Tadej Pogacar. On verra d’abord comment je dors ce soir (vendredi soir) et dans quel état je me réveille. Ce qui est certain, c’est que je vais aborder ce chrono sans stress ni pression. Je verrai ce qu’il m’apporte."

Si l’étape peut apporter l’un ou l’autre changement parmi les dix premiers, c’est donc essentiellement la lutte pour désigner le dauphin de Pogacar qui retiendra l’attention. Vingegaard qui possède six secondes d’avantage sur Carapaz devrait prendre l’avantage définitif sur son adversaire sud-américain. Lors de la 5e étape, sur une distance comparable, le Danois, 3e de l’étape et réputé meilleur rouleur, avait devancé l’Équatorien de 1:17.

"Je ne sprinterai pas demain (vendredi)" , avait prévenu Van Aert à Luz-Ardiden. "Je préfère me focaliser sur le contre-la-montre de samedi."

Le coureur de Jumbo-Visma a tenu parole, comme beaucoup, il a profité de la traversée des Landes pour recharger au maximum ses accus en vue du rendez-vous de Saint-Émilion. Où le Belge passera un test intéressant en vue du chrono des Jeux olympiques, prévu le mercredi 28 juillet prochain. Outre Pogacar et son équipier Vingegaard, le Belge va devoir, pour s’imposer, prendre la mesure de quelques autres spécialistes de l’effort solitaire, Stefan Küng, Stefan Bissegger, Luke Durbridge, Mikkel Bjerg et Kasper Asgreen.

En Mayenne, Van Aert n’avait terminé "qu’à" la quatrième place, mais le Campinois n’avait pas abordé le Tour dans la meilleure forme. Depuis lors, il l’avoue, il est parvenu à 100 % de sa condition comme on a pu le voir dans les montagnes.