Au Danemark, le rythme de Remco a étouffé le Cav’

Remco a tiré tellement fort que le Britannique n’a pu sprinter. Mads Pedersen a gagné.

Au Danemark, le rythme de Remco a étouffé le Cav’
©BELGA

Il y a eu certainement une petite explication entre les coureurs de Deceuninck-Quick Step à l’issue de la 2e étape du Tour du Danemark enlevée à Sonderborg par Mads Pedersen. L’ancien champion du monde s’est montré le plus rapide de ce qui restait du peloton et a devancé Giacomo Nizzolo et Dylan Groenewegen. Ce dernier a conservé son maillot bleu de leader.

Après que l’échappée de cinq hommes, qui anima la plus grande partie de l’étape, eut été annihilée à dix-sept kilomètres de l’arrivée, ce sont les équipes Jumbo-Visma de Groenewegen et Deceuninck-Quick Step de Mark Cavendish qui ont contrôlé la finale. Une formation belge privée des services d’Yves Lampaert, rentré précipitamment au pays pour assister, en soirée, à la naissance de son fils, Aloïs, né dix jours plus tôt que prévu.

Dans les derniers kilomètres, c’est son équipier Remco Evenepoel qui a pris le plus souvent la tête d’un peloton étiré comme un élastique sous son impulsion. Le rythme très élevé imposé par le Brabançon, qui a porté plusieurs accélérations, a fait lâcher prise à de nombreux coureurs, empêché toutes les attaques et écœuré plusieurs sprinters dont… Mark Cavendish, son équipier, qui n’a finalement pu se mêler à l’emballage final.

"Je suis content, le Tour avait été un désastre pour moi", a dit Mads Pedersen, vainqueur, après un sprint lancé de très loin, pour la deuxième fois cette saison après Kuurne-Bruxelles-Kuurne. "J'ai travaillé pour revenir à mon meilleur niveau et j'ai prouvé aujourd'hui être mieux qu'en France. Gagner à nouveau, c'est super et en plus, sur mes terres."