Roglic remporte une étape dantesque et assomme le Tour d'Espagne

Le Slovène a repris le maillot rouge des épaules de Odd Christian Eiking

Roglic remporte une étape dantesque et assomme le Tour d'Espagne
©AFP
La Rédaction avec AFP

Primoz Roglic a remporté la 17e étape du Tour d'Espagne aux Lagos de Covadonga. Le Slovène s'est imposé avec 1'35" d'avance sur son équipier Sepp Kuss tandis qu'Adam Yates complète le podium dans le même temps, de même que les deux coureurs Movistar, Enric Mas et Miguel Angel Lopez et l'Australien Jack Haig.

Le coureur de Jumbo-Visma était sorti en compagnie d'Egan Bernal a plus de 60 kilomètres de l'arrivée dans La Collada Llomena, avant-dernière difficulté de la journée. Après avoir collaboré dans la vallée, Roglic a finalement lâché son compagnon d'échappée dans la dernière difficulté menant aux Lagos de Covadonga pour aller s'imposer au sommet.

Roglic a du même coup repris le maillot rouge des épaules de Odd Christian Eiking. Le Norvègien a été décramponné dans l'avant-dernière difficulté et est tombé en essayant de rentrer dans la descente. S'il a continué sa route, il a perdu tout espoir de bon classement général final.

Il s'agit de la 3e victoire d'étape du Slovène sur cette édition 2021 de la Vuelta, après ses succès lors de la 1re et de la 11e étape. C'est aussi sa 14e victoire d'étape sur un grand Tour.

La Jumbo-Visma a même réussi le doublé, Sepp Kuss ayant franchi la ligne en deuxième position, 1 minute et 35 secondes derrière son leader.

Au général, Roglic compte désormais 2 minutes et 22 secondes d'avance sur son premier poursuivant, l'Espagnol Enric Mas (Movistar).

C'est un véritable coup de massue portée par le Slovène sur cette Vuelta 2021, dont la dernière étape, un contre-la-montre dans les rues de Saint-Jacques-de-Compostelle, semble aussi promise au tout frais champion olympique de la spécialité, comme le premier chrono de ce Tour d'Espagne à Burgos.

Roglic a mené la danse au classement général après la première et la deuxième étape avant d'être doublé par Rein Taaramae (Intermarché - Wanty-Gobert) et Kenny Elissonde (Trek-Segafredo), puis a récupéré le maillot rouge entre la 6e et la 9e étape, avant de le céder à Eiking.

Un formidable coup de panache, après son Tour de France gâché par un abandon prématuré dès la 9e étape en raison d'une mauvais chute.

En cas de sacre final, Roglic pourrait devenir le premier coureur à rafler trois Vuelta de rang depuis Roberto Heras (2003, 2004, 2005).

Et après l'étape reine ce mercredi, la Vuelta ne s'arrête pas : jeudi, le peloton gravira pour la toute première fois de l'histoire de la boucle espagnole le terrible Gamoniteiru, un col interminable de 15 km à 10-12% de pente moyenne qui culmine à plus de 1.700 mètres.

"Mon plus grand numéro sur la Vuelta"

"En cyclisme, il y a toujours un risque, beaucoup de choses peuvent se passer. Mais ça c'est bien passé aujourd'hui. Je me suis fait plaisir. C'était une super journée", a confié Roglic dans l'interview flash d'après course.

Quand Bernal a attaqué, le Slovène n'a "pas trop réfléchi", indique-t-il. "C'est une course.J'y suis juste allé. Quand j'ai réfléchi un peu, je me suis dit que c'était quand même un peu loin, avec une grosse ascension dans le final. Mais bon, c'était parti et ça se passait bien."

Roglic a lâché Bernal à un peu plus de 7 km de l'arrivée. "Je n'ai pas décidé de partir d'aussi loin. J'ai juste essayé de courir et d'aller le plus vite possible dans l'ascension. À un moment donné, Egan ne suivait plus et j'y suis allé seul."

"Je pense que c'est mon plus beau numéro sur la Vuelta", a poursuivi Roglic. "Encore une fois, j'ai apprécié, avec tous ces supporters sur cette ascension. Sans la pluie, ça aurait été plus sympa, mais c'est comme ça. Cela reste une très belle journée pour nous."