La guerre entre Wout Van Aert et Nick Nuyens continue: le coureur risque une suspension de 4 mois

Wout Van Aert avait cassé son contrat en 2018 avec son ancienne équipe. Et le litige n'est toujours pas réglé.

La guerre entre Wout Van Aert et Nick Nuyens continue: le coureur risque une suspension de 4 mois
©BELGA

Le président de Veranda Willems-Crelan ne lâche pas l'affaire après la rupture de contrat en 2018 du meilleur coureur belge en activité. Pour rappel, Van Aert avait gagné son premier procès au tribunal du travail de Malines en 2019. Mais Nuyens avait fait appel de cette décision.

A Anvers, le juge a donné raison au président en juin dernier. "Le tribunal du travail a donc conclu que Sniper Cycling n'a pas commis de faute grave. Par conséquent, la démission pour motif impérieux est injustifiée", a déclaré la justice qui a ordonné au clan Van Aert un payement de 662 000 euros à l'encontre de Nick Nuyens. En d'autres termes, la rupture du contrat "pour incident grave" n'a pas été reconnue par les tribunaux.

Après cette victoire juridique, Nick Nuyens ne veut pas s'arrêter là. Pour HLN, l'avocat de l'équipe Willems a expliqué la situation: "L'UCI a des règlements stricts et tout le monde doit s'y conformer", a expliqué Rudi Desmet. "Si l'UCI ne fait rien, alors aucun directeur d'équipe ne pourra dormir sur ses deux oreilles. Désormais, tout coureur peut invoquer des raisons urgentes et changer d'équipe sans aucun accord avec l'équipe actuelle", a-t-il encore ajouté.

Pour avoir changé d'équipe en 2018, Wout Van Aert risque donc gros. Il pourrait écoper de... quatre mois de suspension ainsi qu'une nouvelle amende qui peut grimper jusqu'à 100 000 euros ! Jumbo-Visma, la nouvelle équipe du Belge de 27 ans, est aussi dans le viseur du clan Nuyens. L'équipe pourrait s'acquitter d'une amende de 500 000 euros ainsi qu'une sanction pour le manager Jef Van den Bosch selon le règlement de l'UCI.

Rudi Desmet affirme que Jumbo et Van Aert font l'autruche pour le moment. "Après la condamnation en juin, nous avons essayé de trouver un accord à l'amiable avec le camp Van Aert, mais ils n'ont pas répondu", a-t-il expliqué. "Nous avons attendu la fin du Tour de France et les JO. Le 13 aout, j'ai écrit à nouveau à l'UCI, mais ils n'ont même pas pris la peine de répondre. Entre-temps, je leur ai écrit quatre fois au total. Si la réglementation n'est pas appliquée dans un avenir proche, nous envisageons d'intenter une action en justice. Mais ce n'est pas à l'ordre du jour pour le moment."

L'affaire est donc loin d'être terminée. Wout Van Aert a pris un repos bien mérité et sa dernière course remonte à Paris-Roubaix le 3 octobre dernier. Mais il a déjà repris les entraînements et pourrait même effectuer un retour plus rapide que prévu en cyclocross.