"On n'est pas venu pour attendre de se faire exploser par Van Aert": la consigne était claire pour l'équipe de France au Mondial de Louvain

Thomas Voeckler, sélectionneur de l'équipe de France de cyclisme sur route, voulait que son équipe prenne la course en main. Cela a fonctionné à la perfection.

"On n'est pas venu pour attendre de se faire exploser par Van Aert": la consigne était claire pour l'équipe de France au Mondial de Louvain
©Belga
N. Ch.

Nos confrères de L'Equipe ont retranscrit les coulisses du deuxième titre de champion du monde de Julian Alaphilippe. L'occasion de revenir en long et en large sur le succès du plus fort, qui avait été entouré à la perfection par un collectif bien rodé le 26 septembre dernier.

On apprend ainsi les grandes lignes du briefing tactique de Thomas Voeckler, deux jours avant la course: "Les gars, si dimanche, à cet endroit, il y a encore 130 coureurs dans le peloton, je gare la voiture et vous vous démerdez. On n'est pas venus là pour attendre de se faire exploser par Van Aert !"

Cette phrase, Voeckler la lâche en parlant de la sortie du premier circuit flandrien, à 150 kilomètres de l'arrivée. Le but était clair: rendre la course la plus difficile possible pour éviter un sprint qui n'aurait pas convenu à Julian Alaphilippe.

Et si après coup tout semble avoir fonctionné comme sur des roulettes, L'Equipe raconte aussi que Sénéchal et Cosnefroy étaient sceptiques. "C'était trop beau comme plan, je n'avais jamais fait un truc pareil dans le vélo" explique le premier. Alors que le second a mis du temps à assimiler que son rôle était d'attaquer à... 190 kilomètres de l'arrivée.

Sur le même sujet