Philippe Gilbert avant sa dernière Doyenne : "Ma condition n'est pas suffisante pour signer un résultat

Philippe Gilbert (Lotto Soudal) se lancera dimanche dans son 17e et dernier Liège-Bastogne-Liège.

Philippe Gilbert avant sa dernière Doyenne : "Ma condition n'est pas suffisante pour signer un résultat
©AFP
Belga

Le coureur wallon, enfant du pays de la "Doyenne" et qui arrêtera sa carrière au terme de la saison 2022, est très motivé pour prester au meilleur niveau dans une course qu'il avait remportée en 2011. Perturbé depuis le début de saison par des maladies, Philippe Gilbert ne s'alignera pas, il l'avoue, en pleine possession de ses moyens. "Il est vrai que la côte de La Redoute apparaîtra après 227 kilomètres de course", a expliqué Philippe Gilbert lors d'une conférence de presse organisée vendredi à Aywaille "Mais, si je suis dans le groupe de tête à ce moment, je m'économiserai pour la suite, et je ne me laisserai surtout pas envahir par l'émotion, ce que j'ai toujours réussi à faire. Mais j'avoue que ma préparation n'a pas été habituelle. Un grand objectif se prépare toujours sur 4 à 6 semaines, ce que les maladies m'ont empêché de faire. Je pense honnêtement que ma condition n'est pas suffisante pour signer un résultat. Les routes de Liège-Bastogne-Liège ne mentent jamais."

Philippe Gilbert, qui arrêtera son parcours professionnel de coureur cycliste à la fin de la saison, reste très concentré sur son métier. "Je fais mon métier à fond, ce que j'ai toujours fait. Les décisions pour mon futur viendront en novembre-décembre, au terme de la saison. J'ai commencé à Liège en 2003 et je terminerai en 2022, après 17 participations. Pour mémoire, j'avais annoncé, il y a trois ans que mon contrat chez Lotto Soudal serait le dernier de ma carrière."

Évoquant le statut dans le WorldTour de son équipe, le coureur wallon s'est montré concerné par le futur de Lotto Soudal au plus haut niveau mondial. "Je suis concerné par le maintien de l'équipe dans le WorldTour. Une équipe, c'est comme une deuxième famille et ça me toucherait qu'elle ne soit plus au plus haut niveau. Personnellement, je n'ai pas pu apporter les points que j'aurais souhaités. Mais j'aimerais encore apporter ma pierre à l'édifice, c'est certain."

L'inversion des dates de l'Amstel Gold Race et de Paris-Roubaix a changé un peu la donne pour Liège-Bastogne-Liège, selon Philippe Gilbert. "Après l'Amstel et la Flèche, on savait, sans le changement de cette année, toujours donner les favoris à Liège. Cette fois, il est difficile de prédire. En ce qui nous concerne, ce serait mentir de dire que nous allons attendre la finale. Sur Liège-Bastogne-Liège, avec le vent et les routes larges, il est souvent difficile d'anticiper, c'est une course souvent cadenassée. On pourrait peut-être dire que plusieurs coureurs voudront attaquer cette année. Je pense, entre autres, que Valverde s'est montré en forme à la Flèche et qu'il va devoir assumer avec son équipe. Je pense que l'arrivée au centre de Liège, après la descente de la Roche-aux-Faucons pourrait jouer en la faveur de Wout van Aert, avec ses qualités de rouleur et de descendeur."

Sur le même sujet