"Ses jambes sont si terrifiantes que je ne laisse pas mes enfants les regarder": ce que pense la presse internationale de Wout van Aert

Wout van Aert a écrasé le Tour de France de toute sa classe, ce mardi.

Taillé par un consultant de RMC un peu plus tôt dans la semaine , Wout van Aert a mis fin à sa série de deuxièmes places avec un écrasant succès , ce mardi. De quoi mettre tout le monde d'accord, même en France, à commencer par le quotidien sportif n°1 de l'Hexagone. L'Equipe consacre ainsi sa Une à notre compatriote avec "Van Aert et la manière" en guise de gros titre.

L'Equipe décrit dans ses pages un "coup de force magistral", assurant que le maillot jaune a "réveillé le Tour de France et atomisé tout le monde", rien que ça. Il faut dire que les étapes danoises avaient laissé le public sur sa faim et que de nombreux observateurs avaient été déçus de ne voir que deux coureurs (Anthony Pérez et Magnus Cort) partir à l'attaque sur les routes de Calais. Heureusement, le tour de force des Jumbo-Visma a mis un peu de peps dans cette étape, à 11 kilomètres du but.

Au point de donner des idées à certains de nos confrères: "Ce que réalise Wout van Aert chaque jour sur son vélo est indécent et les organisateurs du Tour de France devraient peut-être songer à ouvrir une hotline d'assistance psychologique pour une partie du peloton, dont les coutures cérébrales pourraient finir par céder, et qui pourrait songer à aller élever quelques bovins dans un endroit reculé plutôt que de continuer à se faire rosser."

Pour autant, Pogacar et van der Poel n'ont pas encore annoncé vouloir raccrocher le vélo pour se mettre au vert. Le Slovène s'est contenté de rigoler avec van Aert après la ligne d'arrivée: "Ton attaque m'a un peu surpris. Heureusement pour moi, tu as aussi lâché tes équipiers."

Le Tour de France est donc enfin lancé, à quelques heures de l'étape des pavés. "C'est finalement ce qu'on attend d'un patron, qu'il remette les choses dans le droit chemin, et le Flamand s'impose à chaque sortie un peu plus dans ce rôle, celui de la star absolue du cyclisme, avec sa trombine de gendre idéal, les sourcils épais et les fossettes d'un acteur hollywoodien", apprécie encore L'Equipe. "Il joue au bowling dans une boutique de porcelaine sans jamais rien casser, sauf les jambes de ses adversaires, tellement il applique ses idées folles au millimètre."

Les Néerlandais et les Italiens également séduits

Aux Pays-Bas, le célèbre journaliste Thijs Zonneveld a consacré une colonne remplie d'éloges à notre compatriote dans le quotidien AD: "De là où j'écris cette colonne, je peux encore voir les traces de caoutchouc brûlé sur la route. Wout van Aert y a déposé les meilleurs coureurs de la planète, les laissant le poursuivre avec l'énergie du désespoir." Notre confrère ajoute qu'il a "rarement vu un coureur aussi impressionnant. Ses jambes sont si terrifiantes que je ne laisse pas mes enfants les regarder."

En Italie, la Gazzetta dello Sport s'émeut d'un "chef d'oeuvre" qui "appartient à la liste des exploits des plus grands champions qui ont porté le maillot de leader d'un grand tour". Et d'expliquer: "C'est une chose de gagner, c'en est une autre de le faire comme van Aert l'a fait. Alors qu'il n'a pourtant plus rien à prouver."