Jean-Luc Vandenbroucke: "Wout van Aert a remis les pendules à l’heure"

Notre consultant craint que l’épidémie ne fausse le déroulement de ce Tour de France

1. Van Aert a remis les pendules à l’heure

"J'avais été assez critique après l'échappée fleuve de van Aert entre Binche et Longwy. Quand on est coureur et que l'on se retrouve à l'avant de la course avec le maillot jaune sur le dos, on est forcément grisé mais il appartenait aux directeurs sportifs de l'équipe Jumbo-Visma de lui demander de se relever. S'il ne s'était pas obstiné de la sorte, je suis persuadé qu'il aurait gagné ou, au pire, terminé second en haut de la côte des Religieuses. Ce samedi, l'Anversois a remis les pendules à l'heure. Je suis admiratif d'un coureur qui ne peut pas laisser indifférent. Il semblait quelque enfermé aux 250 mètres, mais il possède une telle puissance et un tel coup de rein qu'il est capable de rétablir des situations parfois mal embarquées en quelques coups de pédales.

L'équipe Jumbo-Visma a beaucoup travaillé pour contrôler l'échappée et je suis convaincu que, en leur for intérieur, les dirigeants de l'équipe néerlandaise savent qu'il sera très compliqué d'aller chatouiller Pogacar. Cela s'est ressenti dans leur sélection. Ils ont sélectionné des gars comme Van Hooydonck ou Laporte pour qu'ils travaillent pour Wout, ce qui a le pouvoir d'assurer plusieurs victoires d'étapes et lance bien les choses pour le maillot vert."

2. Le rival n°1 de Pogacar s’appelle Covid et porte le dossard 19

"Les deux cas de coronavirus aujourd’hui dans le peloton du Tour ne constituent évidemment pas une bonne nouvelle. Le rival n°1 de Pogacar s’appelle Covid et porte le dossard 19. Son équipier Laengen a dû quitter le Tour et on imagine que le double vainqueur du Tour a eu des contacts avec lui. Le même raisonnement vaut pour les coureurs de chez Quick-Step Alpha Vinyl chez qui c’est l’hécatombe dans le staff. Ce lundi, lors de la journée de repos, une vague de test va être réalisée. Et j’espère sincèrement que la pandémie ne viendra pas fausser un Tour extrêmement spectaculaire. Personne n’a envie de voir un favori contraint de quitter la course pour ce motif..."