Le 'Monsieur route' du Tour revient sur la polémique d'arrosage des routes: "Ce que l’on voit, ce n’est pas un camion de l’organisation..."

André Bancala a tenu à s'expliquer face à la vive polémique de l'arrosage des routes du Tour de France.

G.J.
Le 'Monsieur route' du Tour revient sur la polémique d'arrosage des routes: "Ce que l’on voit, ce n’est pas un camion de l’organisation..."
©AFP

Ce dimanche, une polémique avait enflé sur la Grande Boucle. En cause: l'arrosage des routes du Tour de France en période de canicule. En effet, des images d'un camion-citerne déversant de l'eau sur les routes avaient circulé sur les réseaux sociaux. Le chiffre exorbitant de 10.000 litres d'eau utilisés était également sorti dans les médias. Ce qui avait fait bondir plusieurs internautes et de nombreux écologistes. Notamment lorsque l'on observe les feux qui sévissent en Gironde.

Pour RMC Sport, André Bancala, coordinateur des départements de France et 'Monsieur route' a voulu rétablir la vérité ce lundi. Notamment sur les images du camion. "Ce que l'on voit, ce n'est pas un camion de l'organisation", a-t-il souligné. "C'est un camion départemental, qui fait d'autres actions de nettoyage ou de préparation. Il ne le fait pas forcément pour le Tour de France. Si vous regardez bien sûr certaines images, on voit une route beaucoup plus blanche. C'est ce qu'on utilise maintenant pour économiser l'eau. C'est du lait de chaux, un produit à base de craie que l'on va mettre une semaine ou plusieurs jours avant la course pour traiter des ressuages", ajoute-t-il dans l'émission Apolline Matin.

Le ressuage correspond à un phénomène où la route transpire. "C'est le fameux goudron qui fond. On ne traîne pas 200 kilomètres d'eau ce qui serait impossible en termes de timing et qui est de toute façon inutile. Nous avons arrosé entre 100 et 150 mètres maximum du parcours de la 15e étape entre Rodez et Carcassonne."

Il a également donné plus de précisions sur l'organisation de la course. "Nous n'avons pas des citernes de 10.000 litres d'eau à disposition pour rafraîchir l'asphalte en ces températures caniculaires. Nous avons intégré depuis plus de dix ans maintenant une balayeuse qui dispose d'une réserve d'eau de 2000 litres, de deux mètres cubes donc." Objectif? "Vérifier que le tracé est sécurisé pour la sécurité de tous", affirme le 'Monsieur route' du Tour.

Ce camion-citerne avait littéralement fait bondir les écologistes. Face à cette situation, André Bancala est resté très calme. "Je comprends qu'on puisse aborder ce sujet-là, ça me paraît tout à fait légitime", a-t-il concédé. "Quand on rapporte l'action qui est la nôtre sur le Tour… Hier par exemple, on était sur cette journée qui est la plus chaude pour l'instant que nous ayons connu sur le Tour cette année, c'est 150 mètres maximum, trois zones qui ont été traitées, un virage, un passage sur un petit pont et on a mis 200 litres d'eau."

Bien loin, selon l'organisateur, des 10.000 litres utilisés donc.