Pogacar, beau joueur: "J’ai réalisé un bon Tour, mais je suis tombé sur plus fort"

Tadej Pogacar reconnaît des erreurs mais son échec va le motiver à revenir plus fort dès le prochain Tour de France.

Pogacar, beau joueur: "J’ai réalisé un bon Tour, mais je suis tombé sur plus fort"
©BELGA

Tadej Pogacar a donc trouvé son maître. Le Slovène semblait imbattable lorsque les trois coups du Tour furent frappés à Copenhague, le 1er juillet dernier. Pendant la première partie de la course au maillot jaune, dont il s’empara à Longwy, au soir de la 7e étape, le Slovène sembla même bien parti pour réussir le triplé avant de se faire complètement déborder par la force collective des Jumbo-Visma et la suprématie individuelle de Jonas Vingegaard.

"Pour moi, ce fut un Tour fait de hauts et de bas, reconnut le Slovène, mais j'ai apprécié ces trois semaines. Je termine deuxième et je gagne trois étapes. Je pense que j'ai réalisé un bon Tour, mais je suis tombé sur un gars plus fort. Jonas a fait un grand pas en avant. Notre duel a été spécial et je pense que les deux ou trois prochaines années vont nous offrir autant d'éditions très intéressantes."

Le n° 1 mondial, dont la position va commencer à être menacée, tente de trouver les raisons de son échec.

"Bien sûr, il y a eu des erreurs, continue-t-il, mais j'ai perdu à cause de petites circonstances qui se sont accumulées. Nous avons eu beaucoup de malchance, avec le Covid avant et pendant le Tour. L'équipe n'a pu être à son niveau, notamment parce qu'on a perdu des gars et, pendant ce temps, les Jumbo ont roulé parfaitement et montré qu'ils sont forts. Pourtant, cela restera un bon souvenir et cela m'offre aussi la perspective de m'améliorer dans le futur. Nous devons étudier et débriefer ce Tour. Nous allons devoir modifier de petites choses (il parle de sa préparation notamment). Ce Tour va augmenter ma faim et ma motivation. J'attends l'an prochain et l'édition de 2023 avec impatience, je vais avoir un grand challenge face à Jonas."

Geraint Thomas : "Le Tour est bien plus dur qu’autrefois"

Pour sa douzième et peut-être dernière participation, Geraint Thomas s'est offert la dernière place du podium qui manquait à sa collection. Vainqueur en 2018, 2e l'année suivante, le Gallois a fini 3e cette fois. "Je savais que je pouvais encore le faire", a-t-il dit. "Je visais la lune, je ne savais pas où j'allais atterrir et je finis sur le podium. J'ai 36 ans, on me dit que c'est vieux, mais c'est une question d'état d'esprit. Je suis aussi motivé qu'avant. J'adore le cyclisme comme au premier jour, c'est un sport magnifique. Je suis heureux d'avoir pu maintenir trois semaines un haut niveau. Le Tour est bien plus dur qu'autrefois. Le peloton est plus professionnel et mieux préparé. J'aurais aimé attaquer plus souvent, mais avec ces deux gars (NdlR : Vingegaard et Pogacar), c'était impossible. Cette nouvelle génération est incroyable. Wout (van Aert) est phénoménal. Personne ne connaît ses limites, c'est un gars hors du commun."