Les gros bras de la Vuelta se méfient d'Evenepoel: "Il pourrait courir la Vuelta comme van Aert l'a fait dans le Tour de France"

J-1 avant le grand départ de la Vuelta. Si le Belge Remco Evenepoel espère y faire bonne figure, ses adversaires le craignent.

Les gros bras de la Vuelta se méfient d'Evenepoel: "Il pourrait courir la Vuelta comme van Aert l'a fait dans le Tour de France"
©BELGA

Voilà Remco Evenepoel devant l'un des grands objectifs de sa saison: le Tour d'Espagne. L'épreuve qui s'élancera depuis Utrecht vendredi peut-elle sourire à notre compatriote? Si le Belge se montre confiant, il ne se met pas de pression, affirmant être là pour prendre de l'expérience. Il est vrai que ce sera seulement son deuxième grand Tour, après le Giro l'an dernier (qu'il n'avait pas terminé à cause d'une chute).

Vainqueur en démonstration de la Clasica San Sebastian le 30 juillet dernier pour sa rentrée un mois après les championnats de Belgique fin juin, le coureur de 22 ans est à l'aise sur les courses d'un jour comme celles d'une semaine, "mais il y a encore une grosse différence avec les courses de trois semaines", confie-t-il.

Cela dit, du côté de la concurrence, on croit aux chances de victoire de Remco. "Bien sûr, il est l'un des prétendants à la victoire finale", a ainsi déclaré le grimpeur britannique et leader de la formation Bike Exchange-Jayco Simon Yates, le seul qui avait pu "un peu suivre" Evenepoel à la Clasica San Sebastian. "Si vous regardez sa démonstration à San Sebastian, ce serait stupide de ne pas le prendre en compte. Bien sûr, il est encore très jeune. Je pense que tout le monde dit encore 'trois semaines, trois semaines', mais à un moment donné dans le futur, il sera l'un des coureurs pour les grands Tours de trois semaines. Ce ne sera peut-être pas le cas cette année, mais cela arrivera à un moment donné."

Du côté d'Ineos, on se méfie également du Belge. Richard Carapaz a ainsi déclaré que "la forme d'Evenepoel est incroyable" et qu'il "se battra certainement pour la victoire". Comme le relaie le Nieuwsblad, son équipier Pavel Sivakov a eu des mots encore plus forts: "Si Primoz Roglic est vraiment bon, la course sera probablement un peu plus contrôlée. Mais de l'autre côté, vous avez Evenepoel. Il pourrait courir la Vuelta comme Van Aert l'a fait dans le Tour : très offensif et imprévisible."

João Almeida, coureur chez UAE Emirates, y va lui aussi de son compliment: "Remco est actuellement l'un des coureurs les plus forts du peloton. Nous garderons certainement un œil sur lui."

Chris Froome, quadruple vainqueur du Tour et double vainqueur de la Vuelta, donne lui aussi son avis sur le Belge. "Remco a montré qu'il avait le niveau pour concourir pour la victoire au général. Personne n'en doute. Mais il n'a jamais fait ses preuves dans une course de trois semaines. C'est le vrai challenge pour lui. Dans un Tour, il ne suffit pas d'être bon dans une étape et de gagner du temps. Il faut savoir gérer les hauts et les bas. Il faut aussi être là les mauvais jours. Celui qui y parviendra le mieux remportera cette Vuelta."

Et qu'en pense donc l'un des principaux favoris à la victoire sur cette Vuelta, Primoz Roglic? Interrogé en conférence de presse ce vendredi, le coureur de chez Jumbo et triple vainqueur de l'épreuve a surtout évoqué son état de forme mais il a également eu un petit mot à l'égard de Remco Evenepoel. "Il n'a rien à me prouver. Il est super fort, super rapide, sur n'importe quel terrain", a ainsi commenté le Slovène, selon des propos rapportés par le Nieuwsblad.

On a en tout cas déjà hâte de voir la pépite belge à l'œuvre dès ce vendredi.