Un week-end montagneux et dangereux attend Evenepoel à la Vuelta: "Remco s'est beaucoup entraîné en altitude"

Ce week-end, Remco Evenepoel va devoir faire face à une double difficulté dans ce Tour d'Espagne.

Un week-end montagneux et dangereux attend Evenepoel à la Vuelta: "Remco s'est beaucoup entraîné en altitude"
©PHOTONEWS

Non seulement, il va devoir affronter les nombreux cols des deux étapes de montagne au programme, mais il va également devoir assumer l'arrivée de dimanche à 2512 mètres d'altitude. Samedi, l'arrivée se fera au sommet de la Sierra de la Pandera (8,6 km à 7,6%). "C'est une montée raide et irrégulière, mais pas très longue. Je ne pense pas qu'il y ait de gros écarts à aller chercher", explique Koen Pelgrim, l'entraîneur de Remco Evenepoel.

L'arrivée de dimanche dans la Sierra Nevada (19,4 km à 8 %) est plus intéressante et des attaques pourront venir perturber le classement général. L'arrivée se fera sur l'Alto Hoya de la Mora, le point culminant de cette Vuelta à 2512 mètres d'altitude. Sur la fin du Tour de Suisse, Evenepoel n'avait pas réussi à suivre l'accélération des coureurs du général sur le Moosalp. "C'est un point sur lequel nous avons beaucoup travaillé", a déclaré Koen Pelgrim. "À Livigno, il s'est beaucoup entraîné en altitude. C'est très important pour un coureur de s'habituer au manque d'oxygène. Même les Colombiens que nous avons eus dans l'équipe ne pouvaient pas pédaler à la même puissance en altitude ou au niveau de la mer. La seule solution pour limiter la perte et passer par exemple de dix à cinq pour cent c'est de s'entraîner souvent pour acclimater son corps".

Evenepoel a effectué un stage d'entraînement en altitude à Livigno en juillet. Après ce stage, le Belge a aussi bénéficié d'une chambre simulant l'altitude pendant son séjour à l'hôtel Syncrosfera de Denia. "C'était déjà il y a quelques semaines, on ne peut pas définir dans quelle mesure cela peut affecter ses performances. Nous pouvons juste espérer que cela ait de l'effet", conclut Koen Pelgrim.

Remco Evenepoel: "J'espère ne pas perdre de temps demain"

Après avoir chuté jeudi, Remco Evenepoel (Quick-Step Alpha Vinyl) n'a pas connu de problèmes vendredi dans la 13e étape du Tour d'Espagne. Le leader du classement général n'a pas eu à défendre son maillot rouge dans cette étape pour sprinters enlevée par le Danois Mads Pedersen (Trek-Segafredo). "Les sensations pourraient être un peu meilleures mais tout va bien, pas de gros problème", a déclaré Remco Evenepoel à l'arrivée. "J'ai porté des gants aujourd'hui mais je pense que demain je roulerai sans à nouveau, ça m'a pas mal embêté pendant l'étape. Je voulais terminer le dernier kilomètre en bonne position. J'ai réussi à bien faire. L'équipe m'a déposé à 3 km de l'arrivée et ensuite j'ai cherché ma propre position. C'est quelque chose que j'ai appris en faisant les trains pour Fabio (Jakobsen) au début de la saison. Il était assez facile de trouver ma place dans le peloton", a ajouté le Belge, 25e de l'étape.

Samedi, c'est une étape de montage qui attend les coureurs: 160,3 km entre Montoro et Sierra de La Pandera, où l'arrivée sera jugée au sommet d'un col de 1re catégorie. "Demain s'annonce comme une autre très belle étape. J'espère juste ne pas perdre de temps, c'est le plus important", conclut Evenepoel.