La Belge Lotte Kopecky est vice-championne du monde de cyclisme, Van Vleuten décroche le titre

Annemiek Van Vleuten est devenue championne du monde chez les élites dames, samedi, lors des Mondiaux de cyclisme à Wollongong.

La Rédaction
La Belge Lotte Kopecky est vice-championne du monde de cyclisme, Van Vleuten décroche le titre
©BELGA

Après 164,3 km, la Néerlandaise qui fêtera ses 40 ans le 8 octobre, parti dans le dernier kilomètre, a devancé de quelques longueurs Lotte Kopecky qui offre à la Belgique sa première médaille dans cette épreuve depuis 1994 et la 2e place de Patsy Maegerman. La médaille de bronze est revenue à l'Italienne Silvia Persico.

Le titre espoirs (U23), également attribué au terme de la course, est revenu à la Néo-Zélandaise Niamh Fisher-Black, 12e de la course. L'argent est revenu à la Britannique Pfeiffer Georgi, 16e, et le bronze à l'Allemande Ricarda Bauernfeind, 20e de la course juste derrière Justine Ghekiere.

Malgré une fracture du coude survenue mercredi à la suite d'une chute dans le relais mixte, Van Vleuten décroche son 2e titre après celui de 2019 dans le Yorkshire. Elle succède au palmarès à l'Italienne Elisa Balsamo. Nicole Van den Broeck, en 1973, est la dernière Belge sacrée chez les élites féminines.

Le titre espoirs est lui attribué pour la première fois.

Le tracé de la course en ligne féminine prévoyait une première partie en ligne puis un passage par le circuit du Mount Keira (8,7 km à 5%) avant d'arriver le circuit de Wollongong, long de 17,1 km, répéter à six reprises, avec à chaque passage les ascensions du Mount Ousley (700m à 6,7%) et du Mount Pleasant (1,1 km à 7,7%). Au total 2.433 m de dénivelé positif était au menu.

La Néerlandaise Demi Vollering, l'une des favorites, devait déclarer forfait avant le départ après un test positif au covid-19.

La Française Gladys Verhulst était la première à tenter sa chance en début de course. Elle ne parvenait pas à creuser l'écart et le peloton la reprenait après l'ascension du Mount Keira.

Le peloton donna son feu vert à la deuxième échappée, formée à un peu plus de 100 km de l'arrivée, avec Julie Van de Velde, la Britannique Elynor Bäckstedt, soeur de Zoe, titrée chez les juniores en début de journée, et la Suédoise Caroline Andersson.

Anderson lâchait prise à 75 km de l'arrivée laissant Van de Velde et Bäckstedt seules devant. L'aventure de la Belge et de la Britannique s'achevait à 55 km de la ligne.

Les Australiennes entrèrent alors en action d'abord avec Amanda Spratt puis avec Sarah Roy. Cette dernière partie à 35 km de l'arrivée resta quelques kilomètres devant.

Dans l'avant-dernier tour sur la pente du Mount Pleasant alors que la pluie tombait à verse, la Polonaise Niewiadoma est passée à l'attaque alors qu'il restait un peu moins de 26 km. Au sommet de la côte, l'Allemande Lippert resonna la charge et si dans un premier temps seule l'Italienne Longo Borghini réussit à s'accrocher, dans la descente Katarzyna Niewiadoma, la Danoise Cecilie Uttrup Ludwig et la Sud-Africaine Ashleigh Moolman se joignirent à elles. Leur avantage de 30 secondes ne résista pas faute d'entente. Tout était à refaire à 13 km de la ligne d'arrivée. Deux Belges figuraient dans le groupe des 27 leaders: Lotte Kopecky et Justine Ghekiere.

La Suissesse Marlen Reusser, 3e dimanche du contre-la-montre et sacrée avec le relais mixte, passa à l'offensive. Son aventure prit fin dans la dernière ascension du Mount Pleasant. Le quintette le plus fort Lippert, Niewiadoma, Longo Borghini, Ludwig et Moolman bascula en tête au sommet comme au tour précédent. Cette fois encore, elles ne réussirent pas à préserver leur avance. Elles étaient rejointes par un groupe de huit, où figurait Kopecky, à l'entame du dernier kilomètre. On pensait que le titre allait se jouer au sprint. C'est alors que Van Vleutent a placé son attaque décisive.