Les coureurs néerlandais n'étaient pas au courant au sujet de Mathieu van der Poel: "J'ai merveilleusement bien dormi"

Le Mondial de Mathieu van der Poel a tourné au cauchemar.

Belga
Les coureurs néerlandais n'étaient pas au courant au sujet de Mathieu van der Poel: "J'ai merveilleusement bien dormi"
©PHOTONEWS

Les coureurs néerlandais étaient à peine au courant de l'incident impliquant Mathieu van der Poel et la police australienne la nuit précédant le Mondial. "Je ne savais rien du tout avant le départ. C'est seulement après la course, qu'on m'a dit une chose et une autre", a affirmé Dylan van Baarle dimanche après la course en ligne. Emmené par la police, van der Poel n'a regagné sa chambre qu'à 4 heures dans la nuit de samedi à dimanche. Deux enfants auraient perturbé son sommeil et le Néerlandais a réagi de manière violente semble-t-il. "Non, Mathieu ne dormait pas avec les autres coureurs néerlandais. Chez nous, il ne s'est rien passé dans le couloir. C'était calme, j'ai bien dormi. Il a dormi avec sa petite amie au neuvième étage je crois, et nous étions au quatrième. J'ai merveilleusement bien dormi", a insisté Van Baarle, équipier de Wout Van Aert chez Jumbo-Visma.

"Soudain, nous avons appris en cours de route que Mathieu avait abandonné. Cela a bien sûr changé la donne pour nous. C'était contrariant. C'était une course folle, mais nous n'y avons pas apporté grand-chose. Je savais que Mathieu avait abandonné, mais je ne connaissais pas la raison et cela n'a pas affecté ma prestation. Mathieu était un peu plus calme ce matin, mais je ne savais pas pourquoi."

Conscient que des choses se passaient, Bauke Mollema , n'en connaissait pas les détails. "Quelques minutes avant le départ, Mathieu nous en a parlé brièvement dans le car. C'était une histoire bizarre, au début nous pensions qu'il racontait une blague. Mais il est vite apparu que c'était sérieux. Pour lui, c'était vraiment fâcheux quelques heures avant le départ de la course."

"Mathieu était en effet assez calme ce matin. J'étais dans la voiture avec lui et il y avait environ 45 minutes de route jusqu'au départ. Il n'a pas dit quoi que ce soit, mais j'ai pensé: -Ok, peut-être qu'il est concentré. Nous ne sommes pas dans la même équipe et je ne sais pas s'il est différent lors des autres courses. Juste avant le départ, j'ai compris pourquoi il était si calme. Nous n'avons pas eu les détails exacts, seulement qu'il avait eu une mauvaise nuit. C'est dommage pour lui, bien sûr", a conclu le coureur Trek-Segafredo.