Il aura suffi de deux jours à Alberto Contador pour placer la Vuelta sous sa férule et tuer le suspense de manière quasi définitive. A une semaine de l'arrivée à Madrid, il n'y a plus qu'un accident ou un invraisemblable retournement de situation, fort improbable, qui peut mettre à mal la domination du Madrilène sur la 63e édition du Tour d'Espagne. Contador est bien parti pour enlever son second grand tour de la saison, après avoir enlevé le Giro au printemps dernier. S'il gagne dimanche, le jeune homme (il n'a pas vingt-six ans) réussira même un formidable triplé puisqu'il aura alors triomphé dans les trois derniers grands tours auxquels il a pris part (le Tour 2007, avant les deux de cette année) et deviendra aussi, surtout, le cinquième coureur de l'histoire à gagner, à une reprise au moins, les trois principales courses à étapes du calendrier (Tour, Giro et Vuelta) après Jacques Anquetil, Felice Gimondi, Eddy Merckx et Bernard Hinault.

Après les deux dernières grosses étapes de montagne courues ce week-end dans les Asturies, qu'il a d'ailleurs gagnées toutes deux, dont celle au sommet du terrible Angliru samedi, le plus proche adversaire de Contador se nomme Levi Leipheimer, distancé de 1.17. Mais l'Américain est l'équipier de l'Espagnol au sein d'une formation Astana qu'on imagine mal se faire surprendre dans les prochains jours.

Alberto Contador a donc mis à profit ce week-end en Asturies, durant lequel Sastre (3e et repoussé à 3.41 et menacé désormais par l'étonnant Mosquera) et Valverde (6e à 6.00) ont montré leurs limites respectives, pour enlever ses deux premières étapes de la Vuelta et enfiler ses deux premiers maillots "amarillo ". Tout porte à croire que sept autres devraient suivre d'ici à dimanche...

L'Espagnol a d'ailleurs fait une véritable razzia sur les différents classements ces derniers jours puisqu'il en mène trois sur quatre, le général, celui du combiné et celui par points où il devance depuis hier Greg Van Avermaet.

Seul le classement de la montagne, et c'est un paradoxe pour le meilleur grimpeur du peloton, va échapper à Contador, deuxième derrière Moncoutié, alors qu'aujourd'hui, la Vuelta tourne le dos à la montagne pour redescendre vers Madrid.