L'Italien Alessandro Petacchi (Fassa Bortolo) a une nouvelle fois réglé le peloton pour remporter la 4e étape du Tour d'Espagne, disputée sur 167,5km entre Soria et Saragosse, capitale de l'Aragon qui s'est habituée à ses victoires. Le Luxembourgeois Benoît Joachim (US Postal) a, lui, conservé la tête du classement général.

Petacchi, déjà vainqueur de la 2e étape, connaît bien la ligne droite d'arrivée de Saragosse, où il avait déjà empoché deux étapes de la Vuelta en 2003 et 2000 ainsi qu'une étape du Tour d'Aragon 2004. Il n'a donc surpris personne en montant une quatrième fois sur le podium aragonais, mardi. Une nouvelle fois, l'Allemand Erik Zabel et l'Espagnol Oscar Freire, qui avaient déjà été ses deux dauphins dimanche, ont dû se contenter d'accessits, Zabel se consolant avec le maillot du classement par points. Petacchi, vainqueur de cinq étapes de la Vuelta la saison dernière, signe sa 19e victoire de la saison (dont 9 dans le Giro). «Je veux être le coureur avec le plus de victoires à la fin de saison», affirme l'Italien, qui entend dépasser les 20.

Après la tempête qui a balayé lundi soir et mardi matin le nord du pays, la journée a été marquée par de forts vents qui ont entraîné un important retard des coureurs et ont conduit les organisateurs à retirer toutes les banderoles de kilométrage de la course. Avec les bourrasques et la tension dans l'air, plusieurs chutes massives se sont produites pendant la journée. L'Américain Tyler Hamilton, contraint à l'abandon en raison d'une chute dans le Tour de France, en a été quitte cette fois pour des égratignures. Quatre coureurs, les Espagnols Xavier Florencio, David Fernandez et Inaki Isasi ainsi que le Français Julien Laidoun, déjà l'un des animateurs de la deuxième étape, ont pris la poudre d'escampette aux alentours du 60e kilomètre mais ont dû baisser pavillon à 30 km du but quand le peloton a brusquement accéléré sous l'impulsion des Fassa Bortolo.

Un doublé Giro-Vuelta?

Une autre tentative des Espagnols Toni Colom, Mikel Astorloza, David Llorente et du Belge Bert Roesems a également été réduite à néant par les équipes de sprinters. L'Italien Damiano Cunego a, lui, crevé dans le final de l'étape et fait rouler ses coéquipiers pour revenir sur le peloton lancé vers l'emballage final. Bizarre pour un coureur qui affirme simplement préparer le Mondial et dont l'abandon est officieusement annoncé pour le début de la semaine prochaine... L'Italien pourrait tenter un doublé Giro-Vuelta s'il se trouve en bonne position après les premières difficultés du week-end.

© Les Sports 2004