© Belga

Cyclisme

Armstrong, dans la foulée d'Anquetil, Hinault, Merckx et Indurain

AFP

Publié le - Mis à jour le


  • Animation: suivez le Tour de France en direct, les classements, les équipes, les étapes...

    L’Américain Lance Armstrong (US Postal) a remporté pour la cinquième fois, dimanche à Paris, le Tour de France et a égalé le record des victoires dans la plus grande course cycliste du monde qui a fêté ses cent ans. La vingtième et dernière étape a été enlevée sur les Champs-Elysées par le Français Jean-Patrick Nazon (Jean Delatour), qui s’est imposé dans un sprint massif.

    En gagnant ce Tour du Centenaire, Armstrong rejoint au palmarès les quatre champions qui détiennent le record des victoires, les Français Jacques Anquetil et Bernard Hinault, le Belge Eddy Merckx et l’Espagnol Miguel Indurain.

    Au classement final, Armstrong a devancé l’Allemand Jan Ullrich, deuxième à 1 min 01 sec, l’Américain ayant lâché 15 secondes dans le final au sein d’un deuxième peloton. Le Kazakh Alexandre Vinokourov, troisième à 4 min 14 sec, a été désigné le coureur le plus combatif du Tour.

    Agé de 31 ans, Armstrong a imité Indurain qui avait gagné cinq fois consécutivement lui aussi. Le Texan est invaincu dans le Tour depuis 1999, l’année de son retour dans la Grande Boucle après le cancer qu’il avait eu à surmonter.

    Cette victoire, acquise à une moyenne-record (40,940 km/h), a été incertaine jusqu’à la veille de l’arrivée, jour du contre-la-montre de Nantes quand Armstrong a maîtrisé Ullrich.

    L’écart de 1 min 01 sec le séparant du deuxième (Ullrich) est le plus mince depuis sa prise de pouvoir, le plus mince aussi depuis l’édition historique de 1989 quand son compatriote Greg LeMond avait devancé le Français Laurent Fignon de 8 secondes.

    Affaibli par la canicule

    Au contraire des éditions précédentes, le chef de file de l’US Postal a dû affronter des adversaires offensifs. S’il a pris l’avantage dans le contre-la-montre par équipes remporté pour la première fois par sa formation, il a connu ensuite de fortes émotions.

    Armstrong, dominé dans la montée de l’Alpe d’Huez par l’Espagnol Iban Mayo, s’est toutefois emparé du maillot jaune. Le lendemain, l’Américain a frôlé la catastrophe en évitant de peu l’un de ses rivaux, l’Espagnol Joseba Beloki, contraint à l’abandon sur chute, et en traversant un champ pour recoller à la course.

    Peu à l’aise sous la forte chaleur qui a accompagné le Tour jusqu’à la dernière semaine, Armstrong a essuyé une sévère défaite dans le premier grand contre-la-montre disputé dans le Tarn, où il a lâché 1 min 36 sec à Ullrich, véritablement régénéré.

    Le Texan a vu son trône vaciller dans la première étape pyrénéenne, quand Ullrich s’est rapproché à 15 secondes dans la montée d’Ax-Bonascre. Le thermomètre allant à la baisse, Armstrong s’est rétabli dans les autres étapes pyrénéennes et a pris le dessus (40 sec) dans la montée de Luz-Ardiden malgré une chute au pied de la montée finale dont n’a pas profité Ullrich, très fair-play.

    Le champion allemand, absent l’an dernier, s’est classé deuxième pour la... cinquième fois (1996, 1998, 2000, 2001, 2003). Renaissant après moult difficultés, il a promis qu’il reviendrait l’an prochain pour gagner, sept ans après son premier et unique succès (1997).

    Nazon pour le final

    Les coureurs espagnols, pour la première fois depuis 1999, ont échoué à monter sur le podium. Haimar Zubeldia (5e) et Iban Mayo (6e) ont même été devancés pour la quatrième place par l’Américain Tyler Hamilton, qui a accompli la quasi-totalité du parcours malgré une fracture incomplète de la clavicule droite.

    En revanche, les coureurs espagnols ont enlevé quatre succès d’étapes (Mayo, Flecha, Sastre, Lastras). Ils ont égalé le score de l’Italien Alessandro Petacchi, irrésistible dans les sprints de la première semaine avant d’abandonner au pied des Alpes.

    Le classement de la montagne est revenu pour la sixième fois à Richard Virenque qui a égalé le record de l’Espagnol Federico Bahamontes et du Belge Lucien Van Impe.

    Le maillot vert du classement par points a été enlevé pour la première fois par l’Australien Baden Cooke, qui a succédé au palmarès à son compatriote Robbie McEwen.

    Cooke et McEwen se sont marqués de près dans la dernière étape de Ville-d’Avray à Paris (152 km). Ils ont été surpris au sprint par le cadet des frères Nazon (maillot jaune pendant une journée durant la première semaine) qui a signé la deuxième victoire d’étape française de cette édition.

    Un total de 147 concurrents sur 198 au départ (22 équipes de neuf coureurs) a rallié l’arrivée, au terme d’un parcours de 3426,5 kilomètres.

  • A lire également

    Facebook

    Cover-PM

    cover-ci