Le Russe Pavel Brutt a gagné mercredi la 5-ème étape du Tour d'Italie, sur les hauteurs de Contursi Terme, en attendant la bagarre entre les "grands".

Au long d'un parcours de transition (203 km) dans le sud de la péninsule, entre la Calabre et la Campanie en passant par le Basilicate, une échappée a ouvert la course dès le 19-ème kilomètre pour préserver une trentaine de secondes sur la tête du peloton, réglé par le champion du monde, l'Italien Paolo Bettini.

Les candidats au podium ont terminé dans le même temps, de l'Italien Franco Pellizotti, maillot rose pour une journée supplémentaire, à l'Espagnol Alberto Contador, remarqué dans les premiers rangs du groupe en haut des 3 derniers kilomètres.

Bettini, dominé dans la première arrivée en côte dimanche à Agrigente, s'est rassuré en prenant la cinquième place. "Il va s'améliorer au fil des jours et en gagner une", avait annoncé avant le départ de Belvedere Marittimo le patron de son équipe Quick Step, Patrick Lefevere, venu effectuer une brève visite sur le Giro. A l'image de sa formation, Bettini (34 ans) est sans certitude sur son avenir pour l'année prochaine. Lefevere s'est donné fin mai pour informer ses coureurs du futur du groupe en 2009. Avec, probablement un budget revu à la baisse car, a déploré le manager, "rien n'a vraiment bougé même après nos victoires au Tour des Flandres (Devolder) et à Paris-Roubaix (Boonen)".

Millar jette son vélo

S'il s'est porté devant le groupe, Bettini s'est aussi isolé dans le peloton. Loin d'être un porte-parole, il n'a pas appuyé la demande de ses pairs (McEwen, à l'initiative du mouvement, Di Luca, Pellizotti), qui ont demandé à l'organisateur Angelo Zomegnan de raccourcir la prochaine étape prévue initialement sur 265 kilomètres avec... un tour de circuit de 33,4 kilomètres.

La requête des coureurs a été entendue et la sixième étape, qui restera la plus longue de l'épreuve, se disputera sur 231,6 kilomètres entre Potenza et la bourgade aux murs blancs de Peschici, en surplomb de l'Adriatique, sur le promontoire du Gargano. Avec un dernier kilomètre à 7,9 pc de pente, où les derniers vainqueurs ont pour nom Di Luca (2000) et Pellizotti (2006).

Avant cette étape spectaculaire, Brutt a enlevé mercredi le plus beau succès d'une carrière surtout marquée par de nombreuses échappées improductives. Le Russe (26 ans) de l'équipe Tinkoff a démarré dans le dernier kilomètre pour distancer ses compagnons, le jeune Allemand Johannes Fröhlinger (22 ans), le Colombien Luis Laverde, déjà vainqueur à deux reprises dans le Giro, et l'Espagnol Francico Perez.

Le cinquième homme de l'échappée, David Millar, n'a pu défendre ses chances sous le ciel lourd de la région de Salerne. A cause d'un incident mécanique (chaîne cassée) survenue à hauteur de la flamme rouge du dernier kilomètre. De rage, il en a jeté son vélo dans le fossé dans un geste dont la RAI, la télévision italienne qui diffuse la course, s'est délectée. Sa déception ravalée, Millar a promis: "J'essayerai encore !"