envoyé spécial à foix

Il n'y avait que deux coureurs norvégiens au départ du 95e Tour de France, à Brest. Douze jours plus tard, les Vikings, Thor Hushovd et Kurt Asle Arvesen, ont chacun enlevé une étape.

Le premier, qui lutte ouvertement pour conquérir le maillot vert, s'était imposé à Saint-Brieuc. Le second, hier, à Foix où le podium de l'étape aurait pu être celui du GP E3 avec, sur la plus haute marche, Arvesen, vainqueur de la semi-classique flamande fin mars, et ses suivants le Suisse Elminger et Alessandro Ballan, deux hommes coutumiers des classiques pavées. "J'ai eu de la chance", admettait le champion de son pays depuis deux bonnes semaines. "Normalement, je travaille pour l'équipe, pour mes leaders Sastre ou Frank Schleck, puisque Andy est malheureusement écarté de la lutte pour le général. J'ai pu saisir l'occasion, mais, dès demain (ce jeudi), je me remets à leur service."

Arvesen, ancien champion du monde espoirs (en 1997, à San Sebastian, il avait devancé dans un sprint massif un certain Oscar Freire, au terme du mondial des moins de 23 ans), a gagné de justesse le sprint en petit comité. "J'ai eu peur de finir encore deuxième, comme en 2005 à Revel (où Savoldelli l'avait piégé), j'ai entamé le sprint en tête, mais j'avais mis deux dents de moins et j'ai pu accélérer. Ce fut juste pourtant."

D'abord skieur, puis footballeur, le petit Kurt-Asle avait fini par se tourner vers le cyclisme après avoir touché à l'athlétisme et couru notamment le marathon d'Oslo à dix-sept ans seulement. "Chez nous, le cyclisme est en plein boum", expliquait-il, hier. "Notamment grâce à Thor. Sur ce Tour, il y a de nombreux journalistes de mon pays et deux télévisions retransmettent la course."

Solide lieutenant de la CSC depuis plusieurs saisons, le Norvégien a par le passé enlevé deux étapes du Giro, deux fois le Tour du Danemark (importantissime pour sa formation danoise), celui de Suède et cette année le GP E3.