L'équipe cycliste française Cofidis, rassurée sur son avenir à court terme, se francise en 2008 pour se relancer après ses malheurs de l'année passée et son abandon du Tour de France. Avec l'arrivée de Florent Brard et Samuel Dumoulin et l'intégration de quatre néo-pros français, la formation dirigée par Eric Boyer comprend désormais une proportion d'environ deux tiers de coureurs français (19 sur 30).

Le cas de dopage (de l'Italien Cristian Moreni), qui a provoqué le départ de la Grande Boucle, a laissé des traces au sein du groupe nordiste qui a toutefois obtenu l'assurance de la part de son parraineur (présent dans le cyclisme depuis 1997) de poursuivre une année supplémentaire, jusqu'à fin 2009. "Après la chute de David Moncoutié au Tour de Romandie, on n'a pu présenter que trois coureurs français au Tour", a souligné Eric Boyer pour expliquer le recrutement orienté vers le cyclisme national (sept sur les huit nouveaux). Seule exception, le rouleur estonien Rein Taaramae (20 ans), au potentiel prometteur.

Si elle a perdu plusieurs coureurs qui ont contribué à enrichir son palmarès 2007 (Elijzen, Sutton, Wiggins), l'équipe nordiste a récupéré un Moncoutié (32 ans) avide de renouer avec la compétition. Le grimpeur du Lot, l'un des plus gros potentiels du cyclisme français, entame sa saison plus tôt qu'à l'habitude. Il fait partie, avec Amaël Moinard, de la formation engagée en Australie au Tour Down Under, première épreuve ProTour de la saison.