L'ancien champion cycliste Briek Schotte est décédé ce dimanche matin à 10h30 à l'hôpital de Courtrai à l'âge de 84 ans des suites de gros problèmes pulmonaires qui l'avaient conduit à l'hôpital dès décembre. Il meurt jour pour jour 9 mois après son épouse.

Schotte a connu des mois difficiles suite au décès de son épouse Gilberte en juillet 2003. En novembre, Schotte fut transporté à l'hôpital d'Ostende pour une pneumonie et une blessure à la jambe qui ne voulait pas guérir. Il quitta l'hopital en janvier 2004, mais quelques semaines plus tard, survint une nouvelle hospitalisation, à Courtrai cette fois-ci.

Alberic Schotte, de son vrai prénom, est né le 7 septembre 1919 à Kanegem (Flandre occidentale) et fut coureur professionnel de 1940 à 1959.

Briek fut dans les années '40 et '50 un des plus grands coureurs nationaux et internationaux, et il fut surnommé «le dernier des Flandriens» pour son style et son acharnement.

Le nom de Briek Schotte est justement associé au Tour des Flandres et au championnat du monde sur route, mais il a également remporté un grand nombre de succès comme deux Paris-Tours (1946, 1947), Paris-Bruxelles (1946, 1952), et Gand-Wevelgem (1950, 1955). En 1955, il triomphait lors du GP de l'Escaut et remportait également en 1948 le classement final de la 1ère édition du Challenge Desgrange-Colombo, l'ancêtre de l'actuelle Coupe du Monde.

Briek avait aussi réussi quelques beaux coups comme sa victoire au Tour du Luxembourg en 1946 et un an plus tard lors de la 21e et dernière étape du Tour de France, avec départ à Caen et arrivée à Paris.

Au total, Schotte participa quatre fois au Tour (de 1947 à 1950), avec l'édition 1948 comme point d'orgue. Cette année-là, il se classait 2e à l'arrivée à Paris, devant les Français Guy Lapébie et Louison Bobet, mais à plus de 26 minutes de l'inaccessible Gino Bartali, qui enleva lors du Tour 1948 pas moins de 7 étapes.

Mais «LA» course de Schotte reste et restera le Tour des Flandres. Avec 20 participations, 16 arrivées, et 8 podiums, il partage le nombre de podiums avec Johan Museeuw. Mais ce sont ses deux succès qui en ont fait un vrai flandrien. En 1942, Schotte s'échappa du groupe de tête, composé de 6 coureurs, juste avant l'entrée dans le vélodrome gantois et s'imposa avec 5 secondes d'avance sur Georges Claes et Robert Van Enaeme. Six ans plus tard (1948), l'arrivée ayant été déplacée à Wetteren, Schotte sortit vainqueur d'un sprint à 4, avec Albert Ramon, Marcel Rijckaert et Raymond Impanis.

En tant que directeur sportif, Schotte remporta encore 4 fois le Ronde, avec Noël Foré (1963), Walter Godefroot (1968), Eric Leman (1970) et le Néerlandais Evert Dolman (1971).

1948 fut une grande année pour Schotte : déjà victorieux de son deuxième Ronde, il fut sacré champion du monde sur route pour la première fois. A Valkenburg, Schotte fêtait sa deuxième sélection en équipe belge pour le Mondial. Il y fit honneur. A l'issue d'une course éreintante, plus de 266 kms et 27 ascensions du Cauberg, Schotte s'imposait au sprint à son compagnon, le Français Apo Lazarides, Lucien Teissière terminant 3e à 3:41.

Deux ans plus tard, Schotte rendit fou toute la Flandre en remportant son 2e titre de champion du monde sur ses terres, à Moorslede. A 15 kilomètres de la fin, Schotte s'extirpa du peloton et après avoir contré une dernière tentative de Théo Middelkamp, il s'imposa en solo. Le Néerlandais terminait à la 2e place, à 1:01 et le Suisse Ferdi Kübler s'adjugeait la 3e place à 1:48.

Mais Briek Schotte s'est également illustré comme directeur sportif de la célèbre équipe Flandria. Il devient l'adjoint de Lomme Driessens en 1964 avant de prendre en charge l'équipe au maillot rouge et blanc dès 1967. Il y restera jusqu'en 1974 avant de prendre une année sabbatique et de revenir chez Flandria en 1975.