Di Luca sort de l'ombre
© EPA

Cyclisme

Di Luca sort de l'ombre

AFP

Publié le - Mis à jour le

Le cyclisme italien a assisté avec soulagement à l'émergence de deux de ses espoirs, Danilo Di Luca et Giuliano Figueras, qui ont pris dans cet ordre les deux premières places du Tour de Lombardie couru samedi entre Varese et Bergame.

Rivaux depuis les catégories de jeunes, Di Luca et Figueras, tous deux âgés de 25 ans, se sont disputé la victoire dans la dernière classique de la saison jusqu'aux derniers centimètres des 258 kilomètres. Sur la ligne, l'avantage est revenu à Di Luca qui avait perdu d'un souffle un sprint comparable face à son compatriote Mirko Celestino, voici deux ans, à l'arrivée de la classique lombarde, ultime manche de la Coupe du monde.

Di Luca, le plus connu des deux depuis sa sélection en équipe nationale aux JO de Sydney et ses deux victoires d'étape dans le Giro, a conclu ainsi une course fantomatique pour tous les téléspectateurs puisque la télévision publique italienne (RAI), gênée par le brouillard, a retransmis seulement les derniers kilomètres, à l'approche du panneau signant l'entrée de Bergame.

Quelques minutes plus tôt, le Suédois Niklas Axelsson, à l'origine de l'attaque décisive dans la montée de Berbenno, à une trentaine de kilomètres de l'arrivée, avait chuté sur la route luisante de pluie. Il avait vu alors partir ses quatre compagnons puisque deux des favoris, Richard Virenque et le Néerlandais Michael Boogerd, avaient eux aussi pris les devants avec le duo Di Luca-Figueras.

Virenque a eu froid

Débarrassés de deux coureurs très présents jusque-là, l'Italien Michele Bartoli et le Néerlandais Erik Dekker (vainqueur de la Coupe du monde), le quatuor s'est ensuite dirigé vers le dernier obstacle, la côte pavée menant à la porte de la ville haute de Bergame.

Sur son attaque, Di Luca a condamné Virenque, qui a reconnu ensuite avoir souffert du froid, et a pris ses distances sur Figueras et Boogerd. Mais ces quelques secondes d'avance se sont avérées insuffisantes dans la descente très glissante menant vers l'arrivée.

Sous la flamme rouge du dernier kilomètre, Di Luca a vu revenir Figueras et Boogerd, lequel a contré aussitôt. La course-poursuite engagée encore une fois par Figueras a abouti à la jonction avant le dernier virage à 90 degrés et la ligne droite de 250 mètres.

Pour avoir lancé le sprint, Di Luca a devancé de peu son rival napolitain et commencé à justifier les éloges que lui décerne le cyclisme italien, en quête de relève.

Pour sa troisième saison pleine chez les professionnels, le natif des Abruzzes figure déjà parmi les coureurs les plus populaires. Car le blond "ragazzo" a du style et surtout le don de rendre spectaculaires ses victoires, quitte à lancer sur les podiums sa casquette à la foule.

Limité dans son registre jusqu'à présent par le classement de son équipe (Cantina Tollo), qui évoluait en deuxième division, Di Luca rejoindra l'an prochain le groupe Saeco, qualifié d'office pour toutes les courses de la Coupe du monde.

"Je vais découvrir ces classiques. A 27 ou 28 ans, il sera temps de songer davantage aux grands tours", a estimé l'apprenti champion qui a surmonté sa déception du dernier Giro ((24e), sans doute explicable par l'opération de l'appendicite intervenue peu après.

A lire également

Facebook

Cover-PM

cover-ci

Immobilier pour vous