Après neuf mois d'absence, Remco Evenepoel va (enfin) épingler un dossard ce samedi à l'occasion du Grand Départ du Tour d'Italie à Turin. S'il n'a pas couru depuis une longue période, certains placent le prodige belge parmi les outsiders, même si ce dernier a expliqué qu'il se mettrait au service de son équipe durant ces trois semaines de course.

Pour Eddy Merckx, quintuple vainqueur du Tour d'Italie, il serait improbable de voir Evenepoel jouer les premiers rôles durant ce Giro : "Jouer la victoire finale me semble compliqué pour Remco. Après une si longue absence, ce sera compliqué face à des coureurs qui ont des kilomètres dans les jambes", explique le Cannibale dans une longue interview accordée à nos confrères du Nieuwblad en compagnie de son fils Axel, "Nous l'avons également constaté avec Wout Van Aert : après un bloc d'entraînement, il était un peu court sur les Strade Bianche par rapport aux coureurs qui étaient déjà rodés. Nous savons tous que Remco a du talent mais l'entraînement est différent de la course."

Si l'ancien champion belge reconnait ses immenses qualités, notamment en contre-la-montre, il se montre prudent quant aux ambitions que le jeune Belge peut avoir face à une grosse concurrence : "Il ne va faire que s'améliorer durant ce Giro. Mais il devra faire face à des coureurs tels que Bernal, Yates, Vlasov et Carthy... La liste est longue et tous ces coureurs ont une solide expérience des grands tours, alors qu'Evenepoel n'a encore jamais couru en haute montagne."

Si Eddy Merckx donne donc peu de chance à notre compatriote de remporter le classement général, son fils Axel se montre lui plus optimiste : "Remco est jeune et frais. S'il traverse la première partie du Giro sans problème, sa fraîcheur pourrait faire la différence et il pourrait être dangereux en dernière semaine."