Laurent Fignon a révélé jeudi soir sur Europe 1 qu’il était atteint d’un cancer des voies digestives et qu’il suivait une chimiothérapie. "Effectivement, il y a deux mois, on m’a diagnostiqué un cancer des voies digestives. J’ai commencé la chimiothérapie il y a quinze jours. Ça se passe bien. Je referai une analyse après le Tour de France", a précisé le double vainqueur du Tour de France 1983 et 1984, âgé de 48 ans.

Par ailleurs, interrogé dans l’émission "7 à 8", qui sera diffusée dimanche sur TF1 et également citée sur le site Internet d’Europe 1, Fignon revient longuement sur le lien éventuel entre sa maladie et le dopage, la prise d’amphétamines et de cortisone durant sa carrière de coureur, qu’il évoque dans son livre intitulé "Nous étions jeunes et insouciants" à paraître chez Grasset.

"Je ne vais pas dire que cela n’a pas joué. Je n’en sais absolument rien. C’est impossible de dire oui ou non. D’après les médecins, apparemment non [ ] J’ai expliqué franchement (aux médecins) ce que j’avais fait dans ma carrière, ils m’ont dit "ça ne peut pas être ça. Ce serait trop simple". Et puis il y a en avait des dizaines, parce qu’à mon époque, tout le monde faisait la même chose, comme aujourd’hui tout le monde fait la même chose", déclare notamment le champion cycliste.

"Est-ce qu’il est plus important de parler du dopage ou de la maladie ? Je crois pour moi qu’il est plus important de parler de la maladie", s’indigne Bernard Hinault, le quintuple vainqueur du Tour de France. Réfutant qu’il puisse y avoir un éventuel lien entre la maladie de Fignon et le dopage, le quintuple vainqueur de la Grande Boucle a souligné qu’"il faut avoir une preuve qu’il y a un lien de cause à effet [ ] Ce n’est pas parce que lui l’a fait que les autres l’ont fait (se doper). C’est toujours la même chose, il faut arrêter tout cela. Ce n’est pas le moment d’en parler. Il y a plus de choses importantes à faire pour lutter contre cette maladie plutôt que de parler du dopage. Il en a parlé mais ce n’est pas la peine de remettre ça sur le feu sans arrêt."

Double vainqueur du Tour de France puis battu de huit secondes par Greg LeMond en 1989 pour le plus faible écart de l’histoire à l’arrivée de la "Grande Boucle", Laurent Fignon a également remporté au cours de sa carrière le Tour d’Italie en 1989 et plusieurs grandes classiques.

Lance Armstrong, survivant d’un cancer du testicule qui s’était généralisé avant de remporter sept Tours de France, a souhaité "ses meilleurs vœux de guérison."