Six jours après sa chute lors de la première étape du Tour de France, Philippe Gilbert a passé une nouvelle imagerie par résonance magnétique (IRM). Elle a confirmé le diagnostic posé la semaine dernière : le coureur de l’équipe Lotto-Soudal souffre d’une fracture de la rotule. Il s’agit de la même rotule déjà touchée lors de sa chute sur le Tour de France 2018, dans la descente du col de Portet-d’Aspet.

Le Remoucastrien avait été une des victimes de la première étape de ce Tour marquée par de nombreuses chutes. Après avoir terminé l’étape, il avait été transporté à la Clinique Saint-Jean de Cagnes-sur-Mer, où une IRM a révélé une fracture de la rotule. Jeudi, le genou de Gilbert, dégonflé, a donc subi une nouvelle IRM. "Il n’y a pas grand-chose à apporter au premier examen", a déclaré Lotto-Soudal. "Le médecin avait une meilleure vue sur la fracture mais il n’a rien trouvé de neuf."

Le week-end dernier, une période d’immobilisation de deux à trois semaines a été préconisée. Si ce délai laisse une possibilité pour l’ancien champion du monde de revenir cette saison, Lotto-Soudal n’a pas encore communiqué sur le sujet. "Pour l’instant, aucune date de reprise n’a été fixée", a déclaré son équipe, qui donnera davantage d’informations quant à la condition de Gilbert lundi.

En attendant d’en savoir plus, le Wallon se repose en famille dans sa résidence monégasque.