Le directeur sportif qui a mené Chris Froome, Geraint Thomas et Egan Bernal à la victoire dans le Tour est décédé. Il n’avait que 40 ans !

Nicolas Portal, l’un des pions essentiels des multiples succès dans le Tour de France (sept victoires en huit éditions) de l’équipe Sky, devenue Ineos, est décédé inopinément ce mardi d’un infarctus, chez lui en Andorre.

Le directeur sportif français n’avait que 40 ans, il a été emporté par une crise cardiaque.

Venu à la route par le VTT, Portal a été coureur professionnel dans les équipes Ag2R, Caisse d’Épargne (où il fut équipier d’Alejandro Valverde et Joaquin Rodriguez) et Sky, entre 2002 et 2010, quand des problèmes d’arythmie cardiaque survenus l’année précédente, l’obligèrent à mettre un terme à sa carrière d’équipier. En 2004, il avait enlevé à Aubenas, en Ardèche, la 3e étape du Dauphiné, son seul succès chez les pros.

"Finalement, je suis assez fier de ma carrière de coureur, quand j’ai commencé, je n’imaginais devenir professionnel un jour", disait-il à Sud-Ouest, le grand quotidien de sa région, lorsqu’il arrêta non sans avoir couru le Tour de France à six reprises. "Quand on habite à Auch, on fait du rugby, du foot ou du basket. J’étais un peu un extraterrestre au collège, parce que j’avais les jambes rasées et que j’allais faire du VTT le mercredi et les week-ends. "

Dave Braislford, le manager de l’équipe Sky, lui proposa durant la Vuelta 2010 d’intégrer le staff de la formation britannique où, rapidement, Nicolas Portal a pris une place prépondérante, devenant un peu plus de deux ans plus tard, le directeur sportif n°1, notamment sur les routes de la Grande Boucle.

S’il n’était pas encore totalement à la manœuvre quand Bradley Wiggins inaugura, en 2012, la série des sept victoires des Sky-Ineos, le Béarnais s’est érigé ensuite comme l’homme-clé derrière les quatre triomphes de Chris Froome (2013, 2015, 2016, 2017), puis celui de Geraint Thomas (2018) et, enfin, d’Egan Bernal l’an passé.

"Mes pensées vont à l’épouse et aux enfants de Nico", a confié sur Instagram Chris Froome, que l’on imagine profondément ébranlé par la triste nouvelle. "Il était le plus gentil et sympathique gars que je connaisse et il a toujours croqué la vie. Repose en paix Nico."

© Belga


Fin tacticien, toujours maître de ses nerfs, vrai meneur d’hommes, le Français a pu faire cohabiter chaque fois plusieurs leaders et il a acquis le respect de tout le peloton. On peut s’en rendre compte au nombre des réactions survenues après son décès qui toutes font les louanges du Gersois, professionnellement et humainement.

"Nous sommes complètement effondrés par cette nouvelle", a réagi le Team Ineos sur son site. "Nous demandons à chacun de respecter l’intimité de sa famille. Repose en paix, Nico, nous emporterons pour toujours ton esprit avec nous. Nous ne t’oublierons jamais."