Ullrich, qui malgré de très lourds soupçons s'est toujours défendu de s'être dopé, et dont c'était la première apparition devant un tribunal, a témoigné sous serment dans le cadre du litige qui l'oppose à un ancien employeur qui, convaincu de son dopage, refusait de lui payer des arriérés de salaire.

A l'issue du témoignage du champion, seul vainqueur allemand du Tour de France (en 1997), la cour d'appel lui a donné raison, et a condamné Günther Dahms, fondateur de l'éphémère et chaotique équipe Coast - qu'Ullrich avait rejointe en 2003, mais qui avait été rapidement démantelée à la suite de problèmes financiers - à lui verser 340.000 euros augmentés des intérêts, soit près de 500.000 euros.

"La vérité a triomphé", a commenté l'ancien cycliste de 34 ans, qui a mis un terme à sa carrière en février 2007 après son implication dans l'affaire Puerto, sans jamais avoir fait l'objet d'un contrôle antidopage positif. "J'ai témoigné sous serment, j'ai juré devant Dieu, car je suis un homme croyant", a dit l'ancien champion après l'audience, dans un entretien avec l'agence d'informations sportives sid. "Que puis-je faire de plus? Ceux qui me connaissent savent que je dis la vérité à 1000%". Pas innocenté

Lors de l'audience, Ullrich a systématiquement répondu "Non" aux questions précises de Bernhard-Rudolf Schüssler, le président de la chambre civile du tribunal. "Avez-vous eu recours pendant cette période à du dopage sanguin ?" "Non". "Ni avec votre propre sang, ni avec le sang d'un autre?" "Non". "Ni avec de l'EPO ?" "Non". "Aucun moyen ou aucune méthode qui étaient interdites par les règlements des Fédérations?" "Non". "Avez-vous eu un contact personnel avec le médecin espagnol Eufemio Fuentes?" (ndlr: au coeur du scandale de dopage sanguin dit "affaire Puerto") "Non".

Sur le plan pénal, Ullrich a accepté en avril dernier de verser une forte amende à la justice, en échange de l'abandon des poursuites à son encontre pour "escroquerie", mais ce règlement à l'amiable ne signifie pas qu'il a été innocenté des charges qui pesaient contre lui à cause des soupçons de dopage.

La décision du parquet de Bonn constituait l'épilogue d'une enquête de 21 mois durant laquelle la justice a établi qu'Ullrich avait entreposé des poches de sang dans le cabinet d'Eufemiano Fuentes et qu'il avait versé de l'argent sur un compte en banque du médecin espagnol, au coeur du scandale "Puerto".