La fédération belge de cyclisme (RLVB) souhaite entendre Johan Bruyneel aussi vite que possible, à la suite des aveux de dopage de Lance Armstrong, dont Bruyneel était le directeur sportif. "Il s'est immédiatement déclaré disposé à collaborer à l'enquête", a déclaré vendredi à Belga Jaak Fransen, le procureur fédéral.

La RLVB avait déjà ouvert une enquête sur Bruyneel en 2010, après les accusations de Floyd Landis. "Mais il avait alors nié avoir un quelconque lien avec l'affaire Landis. L'affaire est revenue au devant de la scène fin de l'année passée avec la publication du rapport de l'Usada. Nous avons alors invité Bruyneel à venir. Il s'est dit prêt à collaborer à l'enquête, mais il est souvent à l'étranger et l'audition n'a pas encore pu avoir lieu. Nous voulons lui donner la chance de donner sa version des faits devant la commission d'enquête et l'avons donc de nouveau contacté il y a quelques jours. Nous avons prévu une rencontre dans un avenir proche et devons donc attendre pour voir s'il passera aux aveux", a dit Jaak Fransen.

"Dans le cadre de l'enquête, je suis obligé de garder le silence. Je peux juste dire que nous allons voir s'il y eu infraction à notre propre réglement antidopage", a conclu le procureur de la fédération.