ÉCLAIRAGE

A défaut de passer pour un chevalier blanc - une race qui a déserté depuis belle lurette le milieu du cyclisme professionnel - Johan Museeuw apparaît, aux yeux de beaucoup, comme une référence, non seulement en Flandre et ailleurs en Belgique mais aussi bien au-delà de nos frontières.

En Italie, où il milita pendant de nombreuses années sous les couleurs de l'équipe Mapeï, le dottore Squinzi, son patron de l'époque, a souvent dit qu'il lui élèverait bien une statue au milieu de son salon. C'est tout dire...

Nous avons souvent eu l'occasion de rencontrer cette figure de proue du cyclisme belge et international (vainqueur de trois Paris-Roubaix et de trois Tours des Flandres, il est aussi le recordman des victoires en Coupe du monde et le dernier coureur belge à avoir porté le maillot arc-en-ciel).

A chaque fois, son honnêteté et sa sincérité perçaient derrière des propos retenus mais on a appris que la vérité pouvait toujours se cacher derrière toutes les déclarations.

Il n'a jamais eu peur de parler de front du dopage trouvant un certain appui dans le fait qu'il n'a jamais été pris lors des contrôles en plus de quinze ans de carrière.

On touche à l'absurde

Autre élément qui plaide pour sa cause: par deux fois au moins, il est revenu du diable vauvert, à la force du poignet et du jarret, après avoir connu de terribles accidents qui en auraient laissé plus d'un sur la touche. Tous ces efforts pour se soumettre in fine à l'épée de Damoclès de produits interdits que l'on garde chez soi au frigo comme le fit un Vandenbroucke, un sacré garnement dont il avait la charge au sein de son équipe: voilà qui défie l'entendement et qui touche à l'absurde.

A l'heure où nous mettons sous presse, Johan Museeuw était toujours entendu au parquet de Bruges et ce depuis jeudi matin. C'est long...

Autre élément inquiétant: un enquêteur aurait précisé à la télévision flamande que c'est après plusieurs mois de recherches suite aux déclarations du vétérinaire Jos Landuyt - dont l'arrestation a été requise - que les perquisitions furent décidées.

Et, manifestement, elles ont fait mouche.

Les analyses diront si celle-ci trempait dans des substances interdites.

© La Libre Belgique 2003