En enlevant hier les Trois Jours de La Panne, au bénéfice de sa troisième place dans le contre-la-montre final, remporté par le Hongrois Lazlo Bodrogi de Quick Step, l'Américain George Hincapie s'est réinvité parmi les favoris du Tour des Flandres.

Laissé au repos la semaine passée, le copain de Lance Armstrong n'était pas certain de sa condition actuelle. Dimanche, il conviendra pourtant de tenir à l'oeil le vainqueur de Gand-Wevelgem (c'était en 2001), au même titre par exemple que Peter Van Petegem, Johan Museeuw ou Frank Vandenbroucke. Celui-ci a d'ailleurs préféré quitter la course dès mercredi soir afin de peaufiner sa préparation au Ronde en toute quiétude.

Zanotti au sprint

En devançant finalement Cancellara de sept secondes et Lowik de neuf, Hincapie s'est donc montré le meilleur des vingt coureurs qui restaient toujours en lice pour la victoire finale après leur coup de force de mardi. Au classement final, où Hondo reste deuxième tandis que Cooke rétrograde, Marc Wauters est cinquième et premier Belge et Leif Hoste, dixième.

En fin de matinée, la demi-étape en ligne n'avait rien apporté, à l'exception de 4 secondes de bonifications conquises à l'arrivée par Baden Cooke. L'Australien, déjà 2e mardi et vainqueur le lendemain, montait une fois de plus sur le podium. Car seul l'Italien Marco Zanotti (Vini Caldirola) l'avait devancé. L'Italien avait profité d'une manoeuvre audacieuse des siens puisque, sortant d'un virage à angle droit, il avait entamé la dernière ligne droite dans la roue d'un équipier et que ce dernier, débordé par Zanotti, avait alors volontairement laissé un trou se former entre le futur vainqueur et ses suivants surpris. Un coup tactique permis par la traditionnelle arrivée très particulière - et dangereuse - de cette demi-étape.

Rosseler en animateur

Mais c'est pourtant encore le Liégeois Sébastien Rosseler, associé à son jeune équipier Johan Vansummeren, le vice-champion du monde espoirs à Hamilton, qui anima l'étape. Avec Jacky Durand, qu'ils avaient rejoint mais qui ne les relayait pas, le tandem des Bodysol-Brustor resta cinquante kilomètres au commandement, avec un moment plus d'une minute d'avantage (Vansummeren était alors virtuel leader), avant de capituler à seize kilomètres du but. Mais les deux jeunes nous avaient offert un nouvel aperçu de leur tempérament et de leur talent.

© Les Sports 2004