L'UCI a communiqué samedi que l'analyse de l'échantillon B d'urine du coureur Floyd Landis a confirmé le résultat anormal notifié par le laboratoire antidopage de Paris le 26 juillet suite à l'analyse de l'échantillon A. "Conformément au règlement antidopage, la Commission Antidopage de l'UCI va demander à la Fédération américaine de cyclisme d'ouvrir une procédure disciplinaire contre le coureur", indique l'UCI.

Floyd Landis qui a remporté le Tour de France pour succéder à Lance Armstrong au palmarès, a été contrôlé positif à la testostérone, un anabolisant interdit, le soir de la 17e étape, lors de l'arrivée à Morzine. L'Américain de 30 ans risque désormais une suspension de deux ans et de se voir retirer sa victoire dans la Grande Boucle.

La décision de retirer le titre à l'Américain "ne dépend pas de nous, mais de l'Union cycliste internationale (UCI). Elle va, ou a déjà demandé une enquête à la Fédération américaine. Il va de soit que pour nous Floyd Landis n'est plus le vainqueur du Tour de France 2006", a déclaré Christian Prudhomme à l'Associated Press.

L'Espagnol Oscar Pereiro Sio, deuxième du Tour de France 2006 derrière Landis, devrait donc être déclaré vainqueur sur tapis vert. Ce serait la première fois dans l'histoire du Tour qu'un vainqueur serait déclassé pour dopage. "L'UCI va demander une enquête à la Fédération américaine, mais on ne peut imaginer un verdict différent", précise Prudhomme. "Ca va se passer comme sur le Tour d'Espagne, et le deuxième deviendra l'officiel vainqueur", précise-t-il.

L'an dernier, l'Espagnol Roberto Heras, vainqueur de la Vuelta, avait été déclassé pour dopage à l'EPO. La victoire était revenue au Russe Denis Menchov.

Pour sa défense, Landis a annoncé qu'il possède naturellement un taux de testostérone élevé dans son organisme, "depuis tout jeune", comme l'a indiqué Luis Sanz, l'un de ses avocats, lors d'une conférence de presse la semaine dernière à Madrid.

"Si l'échantillon B confirme la première analyse, ce sera à nous de faire la preuve" que son organisme produit naturellement un taux élevé de testostérone, a déclaré jeudi à l'Associated Press, Luis Maria Buxeda, l'autre avocat de l'Américain, venu assister au Laboratoire national de dépistage du dopage à Châtenay-Malabry, à l'ouverture de l'échantillon B des urines de son client. Il avait précisé que "la procédure (pour aboutir à la culpabilité ou à l'innocence de Landis) pourrait durer de six à huit mois".

Si la contre-expertise confirme la première analyse, "ce sera une énorme déception et une violation inacceptable" des règles, avait déclaré le 27 juillet Pat McQuaid, le président de l'Union cycliste internationale (UCI).

"Ce serait regrettable pour le cyclisme, mais prouverait l'efficacité des mesures prise par l'UCI et les autorités du sport mondial dans la lutte contre le dopage", avait-il ajouté. Phonak, la formation de Floyd Landis, a annoncé par communiqué le licenciement de Landis.

"Landis va être licencié sur le champ pour avoir violé la réglementation du "code de l'éthique" des équipes" professionnelles, a annoncé Phonak dans un communiqué. "Landis peut continuer à contester les résultats par les voies de recours normales. Cependant, cela ne concerne que lui et l'équipe Phonak ne veut plus être impliquée dans cette affaire".

"L'UCI annonce que le résultat de l'échantillon B confirme l'analyse de l'échantillon A. Landis va effectuer les procédures d'appel établies par l'UCI afin de contredire les résultats produits par le laboratoire. Le cas va être placé dans les mains de la Fédération américaine de cyclisme", a déclaré Michael Henson, le porte-parole de l'Américain. "Landis qui n'a jamais pris de produits interdits, maintient qu'il est innocent et croit qu'il sera lavé de ces accusations de dopage".

Howard Jacobs, l'avocat de Landis, a annoncé qu'il prépare la procédure pour faire appel de la décision, le cas pouvant aller jusque devant le Tribunal arbitral du sport (TAS).

"Si la procédure suit un cours normal, elle devrait aboutir dans les quatre ou six mois qui viennent. Pour l'heure, j'attends de recevoir la documentation complète du laboratoire concernant le résultat de l'analyse de l'échantillon B. Avec l'aide d'éminents experts scientifiques et médicaux, nous prouverons que la victoire de Floyd Landis dans le Tour 2006 n'a été favorisée en aucune façon par la prise de produits interdits".