Envoyé spécial à Roanne

Tom Boonen a dit sa satisfaction, hier à Roanne, terme de la 1re étape du Dauphiné, où le Campinois, battu par le rapide coureur allemand Heinrich Haussler, venait pourtant de concéder la défaite dans ce qui sera peut-être la seule arrivée massive de la semaine.

L'Anversois avouait être content de son sprint ("L'un des meilleurs de la saison") où la malchance rencontrée par deux de ses principaux équipiers (Steegmans et Hulsmans) lui a sans doute coûté un dixième succès cette saison. L'ancien champion du monde ne s'émeut guère de ce contretemps mais s'il est superstitieux, il va peut-être commencer à se poser des questions.

Il y a en effet quinze mois, quasi jour pour jour, que Tom Boonen n'a plus enlevé une course disputée en France. Plus précisément depuis la 4e étape de Paris-Nice, le 9 mars 2006, à Rasteau. Ce jour-là, le coureur de Quick Step avait déraillé à quelques hectomètres de l'arrivée, mais il était alors tellement fort qu'il avait repris son envol pour triompher devant adversaires et observateurs ébahis. Depuis ce succès, Tom Boonen n'a plus gagné un sprint dans l'Hexagone (au Tour, à Paris-Nice et maintenant au Dauphiné), ni une classique (deux fois Paris-Roubaix et Paris-Tours)... Assurément une péripétie statistique puisque le Monégasque s'est montré le meilleur vingt-deux fois depuis ce succès de Rasteau, mais quand même...

Hier, après que les deux héros du jour, les Français Pauriol et Portal eurent été rejoints à 10 bornes du but à l'issue d'une échappée de 180 km (avantage maximal 9'35 au km 115), le Belge a buté sur Heinrich Haussler, un Allemand de 23 ans, déjà vainqueur d'une étape de la Vuelta pour ses débuts chez les pros, et de cinq courses l'an dernier, dont deux étapes du Franco-Belge, chez nous.