Un point d'interrogation entoure la tenue de la Grande Boucle

Dans la foulée de la déclaration en début de semaine du premier ministre Edouard Philippe qui excluait la tenue des événements de masse dépassant les 5,000 personnes avant le mois de septembre, un nouveau point d'interrogation est venu se poser sur la tenue du Tour de France, reprogramme du 29 août au 20 septembre. Si les autorités françaises avait fait savoir dans la foulée que la Grande Boucle n'était pas directement menacé par cette mesure mais qu'ASO devrait probablement prendre certaines dispositions pour les premières étapes, la ministre des sports Roxana Maracineanu a fait une nouvelle sortie jeudi soir sur RMC. 

  "Le Tour de France, tout comme Roland Garros, ne se fera pas à huis clos. On va mettre un petit moment avant de voir des compétitions où les gens sont au contact, où ils courent ensemble sur un terrain, pédalent ensemble dans un peloton. Il va falloir être patients, avancer avec prudence et ne pas faire de plans sur la comète pour rien. Si au mois de septembre, ça va mieux, tous les événements programmés au calendrier, comme le Tour de France, Roland-Garros ou d'autres grands événements, pourraient se tenir. En revanche, ils ne se feront pas à huis clos. Ces deux événements nécessitent qu'il y ait des spectateurs, de la billetterie pour Roland-Garros, de la joie et de l'engouement pour le Tour de France. Ils ne se tiendront donc que s'il y a autorisation d'avoir du public. Mon rôle en tant que ministre des Sports est d'être optimiste, rassurante, mais en même temps d'être prudente et réaliste. La réalité est celle que va nous imposer la courbe de la pandémie. Je ne peux avoir aucune certitude. Il est trop tôt pour se prononcer sur un report ou une annulation du Tour de France. Nous en discutons très régulièrement avec l'organisateur ASO, ce sera à lui de nous dire à quelle date il faudra impérativement prendre une décision."