La victoire de Wout Van Aert sur le premier monument de la saison et le numéro en solitaire de Remco Evenepoel sur le Tour de Pologne ont beaucoup fait parler. En Belgique naturellement, mais également dans les autres médias européens.

Le vainqueur de Milan-Sanremo a même eu les honneurs de la une du prestigieux quotidien L'Équipe ce dimanche matin avec comme titre "Monumentaux", en référence au numéro du Belge et de son compagnon d'échappée Julian Alaphilippe dans les derniers kilomètres de l'épreuve.

© D.R.

Mais le quotidien français est également revenu sur le nouvel exploit de Remco Evenepoel en Pologne. "Il a écrasé la concurrence", peut-on lire, "Le prodige belge s'est offert un raid solitaire de 50 kilomètres et a relégué tous ses rivaux à près de deux minutes." Avant de poser la question que tous les amateurs de cyclisme se posent à l'heure actuelle : "Où s'arrêtera Remco Evenepoel ?"

Les journaux italiens sont, bien entendu, tous revenus sur la victoire de Van Aert sur la Primavera. Notre compatriote figure sur la une des différents quotidiens de la Botte. La Gazzetta dello Sport a parlé du "chef d'oeuvre de Wout Van Aert" tandis que le Corriere dello Sport parlait de "la foudre Van Aert".

"Le Belge de Jumbo-Visma, qui vient également de remporter les Strade Bianche, a montré qu'il était l'homme en forme. Après un long sprint, il s'est joué du vainqueur de l'an dernier, Julian Alaphilippe", pouvait-ont lire dans la Gazzetta.

© D.R.

© D.R.

En Espagne, le quotidien Marca reste fan de nos coureurs. Après avoir mis Remco Evenepoel en une après sa victoire sur le Tour de Burgos, c'est la victoire du Barça en Ligue des Champions qui a reçu la préférence sur le cyclisme. Mais le journal espagnol n'a pas tarit des éloges sur nos deux compatriotes : "Wout Van Aert a superbement surmonté l'interruption liée au coronavirus. Aujourd'hui, il a confirmé sa démonstration des Strade Bianche. Personne ne peut le battre en ce moment", a déclaré Marca, "Les jeunes coureurs belges, les "gamins" belges aiment attaquer et sont les étoiles de la reprise. Evenepoel a démontré qu'il dominait les épreuves par étapes mais Van Aert ne se trouve pas très loin derrière."

Son conurrent AS parlait quant à lui de la "locomotive Evenepoel" tout en posant la question, "Où va s'arrêter ce garçon ? C'est ce que beaucoup ont dû se dire quand Evenepoel est parti à 51 kilomètres de l'arrivée. Certains courageux ont tenté de le suivre mais seul Evenepoel avait un ticket pour ce train."

Espérons que cela dure...