La Grande Boucle 2004, qui débute ce samedi à Liège et se poursuivra trois jours en Wallonie, sera plus passionnante que jamais. Non au niveau belge proprement dit, dont les ambitions se limitent à l'un ou l'autre succès d'étape via principalement le jeune sprinteur Tom Boonen, voire au port du maillot jaune qu'espèrent revêtir au sud du Royaume, avec un peu de chance, Marc Wauters, Rik Verbrugghe ou même Axel Merckx.

Mais concernant la victoire finale à Paris, celle-ci devrait se circonscrire à une demi-douzaine de prétendants étrangers. A commencer bien évidemment par l'Américain Lance Armstrong, vainqueur des cinq dernières éditions et qui espère en accrocher une sixième, le record absolu de l'épreuve. S'il a semblé moins fringant qu'à son habitude il y a une quinzaine de jours au Dauphiné Libéré, notamment lors du contre-la-montre du Mont Ventoux, le leader de l'US Postal sera encore l'homme à battre lors de son seul et unique objectif de l'année. Troublé par des affaires privées (divorce) et la parution d'un livre l'accusant de dopage, Armstrong n'en aura peut-être qu'une rage de vaincre décuplée! Ceci dit, ils sont nombreux à vouloir l'empêcher cette année de dépasser au palmarès Jacques Anquetil, Eddy Merckx, Bernard Hinault et Miguel Indurain.

Qui est le plus à craindre?

Jan Ullrich, son adversaire de toujours, possède probablement les meilleures armes. L'Allemand, déjà vainqueur en 1997 et cinq fois deuxième (!), est à la tête d'une puissante équipe, qui a les moyens de frapper un grand coup lors du contre-la-montre collectif de 64,5 km entre Cambrai et Arras! Et vu que Jan Ullrich peut limiter les dégâts en haute montagne tout en faisant au minimum jeu égal dans les deux contre-la-montre individuels (dont la montée de l'Alpe d'Huez), le coup est parfaitement jouable pour le récent vainqueur du Tour de Suisse. Seul souci: le forfait du Kazakh Alexandre Vinokourov, qui aurait pu profiter pleinement du jeu d'équipes entre les deux maîtres... Car, et c'est l'éternel problème lors de la Grande Boucle, le champion texan profite généralement du marquage impitoyable entre les différents leaders, préférant préserver leurs positions que de passer franchement à l'attaque. Un complexe que promettent cependant de ne plus avoir les anciens coéquipiers de Lance Armstrong. A l'instar de son compatriote Tyler Hamilton qui, malchanceux l'an dernier (clavicule cassée), prétend rouler pour la gagne. Tout comme l'Espagnol Roberto Heras qui, à la tête de l'équipe Liberty-Seguros (ex-Once), devra prouver qu'il est un véritable leader.

Deux autres coureurs, l'Espagnol Iban Mayo et l'Italien Ivan Basso, profiteront quant à eux d'un tracé n'ayant pas fait la part belle aux contre-la-montre individuels. En effet, ces deux grimpeurs peuvent parfaitement rivaliser avec Armstrong sur les pentes de l'Alpe d'Huez. Malheureusement pour le premier cité, son équipe Euskaltel ne semble pas en mesure de rivaliser par équipes, au contraire de l'équipe CSC, même privée de Jorg Jaksche, vainqueur de Paris-Nice.

Enfin, notons que la lutte pour le maillot vert devrait se jouer entre les sprinters Zabel et McEwen, alors que Petacchi, Cipollini et Boonen s'y mêleront... en espérant pouvoir rallier les Champs-Elysées! Quant au maillot à poids, on peut s'attendre à un nouveau coup de Richard Virenque...

© Les Sports 2004