Le site américain spécialisé cyclingnews.com a eu l'occasion de parler longuement avec Lance Armstrong, la star du cyclisme déchue après avoir été convaincue de dopage au long de sa carrière. Dans la première partie de cet entretien, Armstrong évoque ses débuts professionnels et le dopage.

"1993 fut ma première saison complète. Pour un jeune, ce fut une découverte mais je n'étais pas dépassé. J'ai été compétitif à Gand-Wevelgem, Paris-Nice et au Tour Dupont", a déclaré le Texan.

Évoquant le dopage à ses débuts, Armstrong, 42 ans aujourd'hui, poursuit: "Je ne peux pas parler pour Hampsten ou Mejia, ou les leaders de Motorola, mais nous étions une équipe plus ou moins propre. A un certain moment le cyclisme est passé de la basse énergie ("low octane"/e.a. cortisone) à la haute énergie ("high octane"/e.a. dopage sanguin).

Lance Armstrong laisse ainsi entendre que son titre mondial en 1993 à Oslo n'était pas propre. "Je ne peux pas donner de détails. Mais j'étais toujours en basse énergie".

Selon Armstrong, le changement dans le peloton est intervenu durant l'hiver 1993 et dans son équipe en 1995.

"En 1993, la basse énergie était okay, plus en 1994. Il y a eu un changement tectonique durant l'hiver entre 1993 et 1994."

Armstrong, qui n'a pris de la testostérone qu'en 1996, ajoute: "Nous estimions que nous n'avions pas le choix. Bien sûr on avait le choix. On pouvait arrêter et rentrer chez nous. Mais pour être compétitifs, nous n'avions pas le choix."