Floyd Landis, vainqueur du dernier Tour de France cycliste et licencié par son équipe suisse Phonak à la suite d'un contrôle positif à la testostérone, a protesté samedi de son innocence et annoncé qu'il allait faire appel, sur son site internet.

"Landis va entamer les procédures d'appel prévues par l'Union cycliste internationale (UCI) dans le but d'inverser les conclusions du laboratoire", a indiqué son avocat Howard Jacobs. Selon lui, l'affaire devrait maintenant être examinée par la Fédération américaine de cyclisme, US Cycling.

L'Américain Floyd Landis, vainqueur du dernier Tour de France cycliste, a été "immédiatement licencié" par l'équipe suisse Phonak après la confirmation du résultat anormal de son contrôle antidopage, a annoncé samedi Phonak.

Phonak a indiqué dans un communiqué avoir reçu de l'Union cycliste internationale (UCI) les résultats de la contre-analyse de Landis qui "confirmaient la suspicion de dopage".

"Landis est donc immédiatement licencié pour avoir enfreint le code éthique interne à l'équipe", ajoute le communiqué. "Landis est toujours juridiquement autorisé à faire appel des conclusions mais cette décision n'appartient qu'à lui et ne concerne plus l'équipe Phonak". Landis avait subi un contrôle positif à la testostérone, le 20 juillet, après son succès dans la 17e étape du Tour à Morzine (Haute-Savoie).

"Andy Rihs, le propriétaire de l'équipe, regrette profondément les faits rapportés plus haut" et étudie les conséquences de cette affaire pour sa société ARcycling qui gère l'équipe Phonak, conclut le texte. Phonak annoce une prochaine conférence de presse de M. Rihs et du directeur de l'équipe John Lelangue.

Landis est le cinquième coureur appartenant à l'équipe Phonak à avoir été déclaré positif à un test antidopage depuis le début de 2004. L'Américain va maintenant faire l'objet d'une procédure disciplinaire qui sera ouverte par la Fédération américaine de cyclisme, US Cycling.

S'il est convaincu de dopage à la testostérone, il sera le premier coureur dans l'histoire du Tour de France à être déchu de sa victoire à cause d'un contrôle antidopage positif.

Une fois que la Fédération américaine aura rendu sa décision, Landis pourra encore faire appel auprès du Tribunal arbitral du sport (TAS) de Lausanne (Suisse).