Jan Ullrich a remporté hier la 8e et avant-dernière étape du Tour d'Allemagne mais cette victoire lors du contre-la-montre individuel de 31,1km ne devrait pas remettre en cause la victoire finale de l'Américain Levi Leipheimer aujourd'hui à Bonn, devant le siège de... la T-Mobile!

Entre Ludwigshafen et Weinheim, Ullrich a pour la première fois depuis le début du Tour d'Allemagne, voire de la saison, tenu ses promesses. L'Allemand, 5e au général le matin, a repris 54 secondes à Leipheimer qui conserve la tête du classement à la veille de l'arrivée. Ullrich s'est imposé sur un tracé très roulant avec de longues portions sur autoroute à une moyenne de 50,5km/h. Le vainqueur du Tour 1997 a toujours été pointé en tête, accroissant régulièrement son avance sur Leipheimer avec 13 sec après 9,6km, 26 sec après 19,1km, 43 sec après 25,9km et finalement 54 secondes. Même Bobby Julich n'a pas pu concurrencer Ullrich et a dû se contenter de la deuxième place. Avant la dernière journée, Leipheimer (3e du chrono dispose de 31 secondes d'avance au général sur Ullrich, passé à la 2e place.

Pour Ullrich, ce succès d'étape -l'un des rares d'une saison 2005 mitigée- risque d'être un coup d'épée dans l'eau. Le profil de la dernière étape entre Bad Kreuznach et Bonn, sur 168km, ne devrait pas lui permettre de coiffer sur le poteau Leipheimer et de remporter le Tour d'Allemagne, son objectif de fin de saison. Ullrich a par ailleurs affirmé qu'il renonçait à participer aux Championnats du monde à Madrid (22 et 25 septembre). «Je renonce car je ne pourrai pas me préparer comme il le faut», a déclaré Ullrich qui disputera pourtant le Championnat de Zurich, le 2 octobre.

Hier, Cadel Evans, le leader australien de l'équipe Davitamon-Lotto, 11e de l'étape, a rétrogradé de la 3e à la 5e place du classement général où son équipier Wim Van Huffel, lequel a également perdu deux places hier, échouera de peu à finir dans le top 10, comme au Giro et au Dauphiné.

© Les Sports 2005