On vous l’accorde volontiers, si Filippo Pozzato n’avait perdu du temps, à cause d’une chute collective, dans la finale de la demi - étape d’hier matin, Frederik Willems n’aurait jamais pu prétendre à la victoire finale dans ces 3 Jours de La Panne. Mais "le coup de la panne" , c’est plutôt l’Italien qui le provoqua, puisque, bien que toujours 2 e du général malgré sa malchance, il a tout simplement décidé de se retirer de l’épreuve pour préserver ses forces en vue du Tour des Flandres.

A partir de là, Willems, héritant de la tunique de leader de la course, n’avait plus qu’à contenir les assauts des spécialistes du contre-la-montre. Avec la belle forme qu’il détient actuellement, ce n’était pas une impossible mission.

Dans ces circonstances , Frederik Willems eut le mérite de garder la tête froide et de parfaitement gérer son avantage au classement général. Il conservera finalement 19 petites secondes sur Joost Posthuma, le vainqueur de l’édition 2008. A l’arrivée, notre compatriote tombait littéralement dans les bras de son épouse.

"Je suis très heureux d’avoir tenu le coup, disait-il en concédant qu’il s’était quand même senti assez nerveux au départ du chrono. Heureusement que j’avais un peu d’avance !"

Pour ce dimanche , Willems envisage-t-il de jouer un rôle dans la bataille des caïds ? "Dans notre formation, Bennati est légèrement blessé, mais Quinziato est lui aussi protégé. Pour ma part, j’espère être dans le coup jusqu’au Mur de Grammont, où la grande bagarre pourrait avoir lieu. Je ne pense pas être en mesure de suivre lorsque les ténors embrayeront. Pourtant, dans mon for intérieur, je rêve de pouvoir un jour m’imposer à Meerbeke. Il faudra peut - être que j’attende encore deux ou trois ans".

Il a pourtant déjà 29 ans "Mais à chacun son rythme, concluait-il en confiant qu’il allait quand même boire une Leffe ce jeudi soir pour célébrer sa victoire.