Sur les bords de la Dendre, cela fait plusieurs jours que le tour de la Région Wallonne est au centre des discussions. Les organisateurs de cette course cycliste professionnelle avaient prématurément annoncé une arrivée d’étape dans la cité des géants.

Il n’en sera finalement rien ! Le bourgmestre Bruno Lefebvre et l’échevin des Sports, Jérôme Salingue, sont tout à fait conscients des difficultés face auxquelles les organisateurs du TRW se trouvent. Une réunion constructive a été organisée avec ceux-ci et s’est déroulée dans une ambiance sereine.

Les impératifs ont été entendus mais la décision des autorités communales est sans appel. En raison de la crise sanitaire qui est loin d’être maîtrisée, la ville d’Ath n’accueillera pas l’arrivée de la première étape du TRW le 16 août prochain.

« Je dois protéger ma population, le COVID19 n’est pas encore derrière nous. Il y a encore (trop) des contaminations » indique le bourgmestre.

Il est important de souligner qu’en cette période où les événements sont rares, il s’agit d’une des seules épreuves cyclistes internationales qui précède le Tour de France. Il est certain que cette arrivée sur la Grand-Place aurait drainé - outre les nombreuses personnalités du cyclisme, les 2000 spectateurs habituels et les amoureux de la Petite Reine - des centaines de spectateurs supplémentaires venant d’Ath et des environs. Un risque épidémiologique que les décideurs athois refusent de faire courir aux habitants de l’entité.

Si la raison première de cette décision est bien évidemment sanitaire, à Ath, quelques jours après la date de cette course, l’événement le plus important de l’année – à savoir la ducasse - aurait dû se dérouler.

« Nous avons déjà le cœur lourd depuis que nous avons décidé de ne pas organiser l’édition 2020 de la ducasse. Qui pourrait comprendre que nous prenions le risque d’accueillir des milliers de personnes pour le TRW ? Personne ! », souligne Bruno Lefèbvre.

Au vu des nouvelles contaminations relevées ces derniers jours et de l’augmentation des risques liée aux retours de vacances, c’est un geste de protection envers la population athoise que les autorités communales d’Ath ont choisi de poser ce mardi en refusant d’être la ville d’accueil du TRW.

Les autorités locales espèrent néanmoins accueillir cette course dans un contexte sanitaire et populaire plus adéquat une autre année.