La justice italienne rouvre l'enquête sur la mort de Pantani.

La justice italienne a rouvert l'enquête sur le décès du coureur cycliste Marco Pantani, retrouvé mort dans une chambre d'hôtel en 2004, afin de déterminer si la surdose de cocaïne dont il a été victime n'aurait pas été administrée par un tiers, selon les médias italiens.

Selon la Gazzetta dello Sport, le parquet de Rimini a rouvert l'enquête sur la mort du "Pirate" pour "homicide avec altération de cadavre et des lieux du crime", plus de dix ans après son décès.

"Marco Pantani aurait été frappé et contraint à boire la cocaïne (mélangée à de l'eau, ndlr)", explique le quotidien sportif, qui titre samedi "Pantani a été tué".

Cette nouvelle hypothèse fait suite aux conclusions d'une nouvelle expertise médico-légale menée par le professeur Francesco Maria Avato.

Pour cet expert, explique encore la Gazzetta, "la grande quantité de drogue trouvée dans le corps de Pantani n'aurait pu être prise que diluée dans de l'eau".

La mère de Pantani, Tonina, qui n'a jamais cru à la thèse du suicide, a posté quant à elle sur sa page Facebook, dans la nuit de vendredi à samedi, un message confirmant la réouverture de l'enquête.

Après avoir fait le doublé Tour-Giro en 1998, le coureur romagnol, spécialiste de la montagne, avait été exclu en 1999 du Tour d'Italie pour des valeurs sanguines non conformes. Âgé de 34 ans, Pantani, qui ne s'était jamais vraiment remis de cette exclusion, avait été retrouvé mort le 14 février 2004, dans une chambre d'un petit hôtel-résidence à Rimini, une station balnéaire sur l'Adriatique.