Le médecin sportif italien Michele Ferrari, préparateur de nombreux coureurs cyclistes de renom, a été condamné à un an de prison avec sursis, pour fraude sportive, et exercice abusif de la profession de pharmacien, vendredi par le tribunal de Bologne.

Le Dr Ferrari a été en revanche relaxé de l’accusion de distribution de produits dopants dangereux pour la santé.

Le 21 septembre, le procureur Lorenzo Gestri avait requis une peine de quatorze mois de prison et une année d’interdiction d’exercer contre le Dr Michele Ferrari, accusé d’avoir administré des substances dopantes à des coureurs de renom parmi lesquels les Italiens Ivan Gotti et Claudio Chiappucci.

Par ailleurs, l’ancien médecin de l’équipe cycliste Refin, aujourd’hui dissoute, Daniele Tarsi, son directeur sportif, Orlando Maini, et son président Luciano Rossignoli ont été acquittés de la la même accusation.

Avant le jugement du juge Passarini après une heure environ de délibérations, le procureur Gestri et l’avocat Bolognesi avaient rappelé leur intervention lors de la dernière audience du 21 septembre.

Le procureur Gestri a succédé à son collègue Giovanni Spinosi qui avait lancé l’enquête avant d’être transféré à Paola petite ville de Calabre, dans le sud de l’Italie.

«C’est sûr je ne m’attendais pas à cette sentence, car je suis persuadé de mon innocence dans toute cette affaire » a commenté le Dr Ferrari très digne, en costume gris, à sa sortie de la salle d’audience, en compagnie de son avocat. Mr Bolognesi a annoncé qu’il ferait appel, attirant l’attention sur la relaxe de son client concernant l’accusation la plus grave de distribution de produits dopants. «C’est sûr, nous interjetterons appel. L’accusation la plus importante est tombée et tout le procès reste lié à l’interprêtation des normes sur le dopage et la fraude sportive et sur les déclarations du coureur Filippo Simeoni » a t-il déclaré.

«Sur le plan humain, je regrette cette condamnation du Dr Ferrari, mais cela prouve que mes déclarations étaient valables et que la justice existe, il suffit de faire preuve de patience » a répliqué Filippo Simeoni, principal accusateur du praticien. Simeoni se trouve actuellement à Vérone pour le championnat du monde sur route.

Simeoni, dont la déposition à la barre avait été jugée «peu fiable » par l’avocat de la défense, a poursuivi affirmant que «tout le monde savait ce qui se passait mais personne ne disait rien. Moi j’ai parlé et je suis content que ces propos aient été accueillis, surtout après les attaques de Lance Armstrong et d’autres collègues », a précisé Simeoni.