Le fond de l'air est frais malgré la présence d'un soleil qui inonde le Palais des Princes-Evêques. Ils sont 197 à prendre le départ de la Doyenne pour une randonnée qui doit conduire les coureurs de Liège à... Ans en passant par Bastogne.

Les premiers kilomètres sont marqués par des tentatives répétées de Fabrice Salanson. Le représentant de Bonjour finit par entraîner Klöden dans son sillage.

Le peloton est passif et les deux hommes creusent l'écart. Qui atteindra... 22 minutes au km 61.

Le peloton a terminé sa grasse matinée et, sous la conduite des Fassa Bortolo, comble petit à petit son retard. Salanson profite de la côte de Wanneranval pour faire cavalier seul.

Menchov et Buxhofer partent à la poursuite de l'homme de tête qui ne possède plus que 8.13 d'avance à Stockeu. C'est le moment que choisit Museeuw pour abandonner. Pantani, lui, est lâché.

Sur le chemin de la Redoute, Salanson est avalé comme un vulgaire bonbon par treize hommes bien décidés: Astarloa, Baguet, Basso, Bettini, Celestino, Codol, Garate, Garzelli, Kessler, Menchov, Moreau, Spezialetti et Verheyen. Sa fugue aura duré 208 km.

La Redoute fait éclater le peloton, comme prévu. Dans la descente, sept hommes s'isolent: Bettini, Garzelli, Kessler, Basso, Codol, Celestino et Spezialetti. Ce dernier doit lâcher prise. Armstrong, Moreau et Freire tentent de contre-attaquer mais les fuyards augmentent leur avantage et l'Américain est distancé.

A 10 bornes de l'arrivée, Garzelli attaque et Bettini saute dans sa roue. Les deux Mapei se présentent seuls à l'arrivée et la victoire se joue au sprint. (R.B.)

Mario Aerts (Lotto): J'ai payé mes efforts de mercredi dernier dans la Flèche Wallonne. Dans La Redoute, j'ai senti que ce n'était pas mon jour. Cela n'allait pas. C'est difficile d'être devant dans la Flèche et Liège. Un coureur comme Bettini, on ne l'a pas vu mercredi dernier. Mais je ne regrette rien.

Rik Verbrugghe (Lotto): Ce n'était pas parfait même si j'allais mieux. J'ai eu quelques problèmes pour respirer. Maintenant, j'ai eu ma part de pépins. J'espère que c'est terminé.

© La Libre Belgique 2002