Alessandro Petacchi, ponctuel à son rendez- vous de routier-sprinteur, a porté à huit étapes son score personnel dans le Tour d'Italie 2004, hier à San Vendemiano, avant de laisser la place aux grimpeurs.

Pour gagner la quinzième étape, la plus longue de l'épreuve (243km), Petacchi a dû se satisfaire d'un écart inférieur à ses habitudes (une roue). Mais l'Australien Robbie McEwen, qui n'a trouvé l'ouverture que tardivement le long des barrières, a échoué une nouvelle fois derrière le Ligurien, toujours aussi fort après six heures de course.

Fidèle à ses habitudes, Petacchi (30 ans) a échangé un fougueux baiser avec sa fiancée Anna Chiara, une beauté brune qu'il a rencontrée à l'occasion d'une fête organisée pour le titre mondial de son rival Mario Cipollini à la fin de la saison 2002. Puis, il est monté sur le podium pour la cérémonie réservée au vainqueur de l'étape, pour la quatorzième fois dans le Giro.

Les douze étapes de Binda

Avec huit étapes dans le même Tour d'Italie-peut-être neuf s'il gagne dimanche prochain à Milan- Petacchi a dépassé ses aînés de l'époque moderne (Roger De Vlaeminck, Freddy Maertens, Beppe Saronni), qu'il avait égalés dimanche en gagnant à Pula, en Croatie. Mais il ne peut espérer les scores des campionissimi d'avant-guerre, dont le plus illustre représentant, Alfredo Binda, avait gagné douze étapes sur quinze en 1927 (et la victoire finale de surcroît).

Aujourd'hui, le Giro entame son programme de haute montagne, dans les Dolomites. Sans McEwen, qui est rentré en Belgique préparer le Tour de France. La 16e étape, longue de 217 kilomètres, propose quatre cols, un de deuxième catégorie (Forcella Staulanza) puis trois de première catégorie (Passo di Valparola, Passo di Furcia, Terento) avant de rejoindre la bourgade de Falzes.

Les cinq derniers kilomètres du col de Furcia (1759m, km160) et les premières rampes de Terento (1271m), dont le sommet est situé à 9 kilomètres de l'arrivée, s'annoncent les plus éprouvants.

Sella légèrement blessé

Pour Popovych (24 ans), le danger réside dans un possible isolement à moins que l'habileté diplomatique et les amitiés de son constructeur de cycles (Colnago) lui permettent de trouver des alliés au sein d'autres formations. A noter que le grimpeur italien Emanuele Sella (Panaria), vainqueur jeudi à Cesena, a été légèrement blessé dans une chute, hier, au cours de la 15e étape. Sella souffre seulement d'écorchures au côté droit, ont indiqué les médecins de la course après l'arrivée à San Vendemiano. Le Suédois Magnus Backstedt (Alessio), vainqueur du dernier Paris-Roubaix, a pour sa part abandonné en cours d'étape, à cause de problèmes respiratoires.

© Les Sports 2004