Avec 22 équipes dont 14 WorldTour, le Tour de Burgos, qui se déroule habituellement, après le Tour de France, pourra compter la présence de grands noms qui veulent se préparer pour la suite de la saison.

Du côté belge, Remco Evenepoel sera de la partie après ses victoires au Tour de San Juan et au Tour d'Algarve avant l'interruption de la saison à cause du coronavirus. "Cinq mois sans rouler, c'est long", a reconnu le coureur de Deceuninck-Quick Step. "Nous voulons retrouver les sensations de la course et ce sera important de voir comment le corps va réagir. Je suis motivé et j'ai hâte de pouvoir attacher un nouveau dossard et rouler avec le 'Wolfpack'".

La concurrence sera rude pour la pépite belge avec Richard Carapaz (Ineos), vainqueur du dernier Tour d'Italie, qui sera accompagné d'Ivan Ramiro Sosa, double tenant du titre. Movistar alignera également un solide trio avec Alejandro Valverde, Enric Mas et Marc Soler. Mikel Landa (Bahrain-McLaren), Rafal Majka (Bora-Hansgrohe) et Simon Yates (Mitchelton-Scott) voudront aussi se mettre en évidence.

En plus d'Evenepoel, Ben Hermans (Israel Start-Up Nation), deuxième du Tour de Burgos en 2016, sera également à suivre côté belge. Le Limbourgeois, papa pour la deuxième fois depuis vendredi, sera au départ avec Tom Van Asbroeck à ses côtés.

Au total, 13 Belges seront au départ de la course: Edward Theuns et Jasper Stuvyen (Trek-Segafredo), Yves Lampaert (Deceuninck-Quick Step) et sept de Bingoal-Wallonie Bruxelles avec Lionel Taminiaux, Laurens Huys, Eliot Lietaer, Arjen Livyns, Baptiste Planckaert, Ludovic Robeet et Jelle Vanendert.

La course débutera mardi avec une première étape vallonnée. Le lendemain, la deuxième étape sera réservée aux sprinteurs. Jeudi, c'est une étape de montagne qui attend les coureurs avec une arrivée au sommet du Picon Blanco (7,3 km à 9?3% de moyenne). Les sprinteurs se disputeront une nouvelle fois la victoire vendredi lors de la quatrième étape. Samedi, le Tour de Burgos se terminera par une arrivée au sommet à Lagunas de Neila.